Nîmes | 6 légionnaires à la tête d’un réseau de prostitution interpellés

non

Des légionnaires à la tête d’un réseau de prostitution
Illustration prostitution
6 personnes, s’avérant être des légionnaires et ex-légionnaires russes, ont été mises en examen pour proxénétisme aggravé et traite d’être humains à Nîmes.

Un scénario pas banal. À Nîmes, dans la Gard, 6 personnes ont été mises en examen. Des légionnaires qui se trouvent à la tête d’un réseau national de prostitution. C’est l’interpellation d’une prostituée ukrainienne l’automne dernier sur le port de Saint-Nazaire qui a mis la police judiciaire sur la piste des légionnaires mafieux.

La jeune femme a révélé aux enquêteurs qu’elle faisait partie d’un vaste réseau dirigée depuis la ville de Nîmes et décrit un système parfaitement organisé. Du voyage depuis l’Ukraine, son installation dans un appartement louée pour elle, puis les petites annonces postées par le réseau, et même une standardiste pour réaliser ces passes.

Après plusieurs mois d’enquête, la police identifie les proxénètes : au moins 3 ex-légionnaires et 2 légionnaires d’active, presque tous d’origine russe, ainsi que la femme de l’un d’eux. Mardi dernier, tous ont été interpellés lors d’un vaste coup de filet dans la région de Nîmes. Ils ont été mis en examen vendredi pour proxénétisme aggravé et traite d’êtres humains.

D’après nos informations, au moins 40 jeunes femmes venues d’Ukraine et de Russie ont été victimes du groupe de ces soldats et anciens soldats, qui s’étaient mis, en principe, au service de la France.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp