Montargis | Les trois proxénètes d’une ado de 14 ans condamnés entre 1 et 4 ans ferme

Une adolescente, en fugue de son foyer de région parisienne, avait été forcée à se prostituer à Montargis.

La jeune fille avait été retrouvée près du commissariat de Montargis, le 14 mars

Note de WP : Cette mascarade judiciaire est la suite de cette mascarade judiciaire

C’est « un dossier sordide », comme l’a souligné ce mercredi 24 juin au tribunal de Montargis Me Olivier Rougelin, représentant K., une adolescente de 14 ans, qui avait été retrouvée sur la voie publique, à Montargis, le 14 mars dernier.

La jeune fille, qui avait fugué d’un foyer en région parisienne, avait alors indiqué aux policiers avoir été séquestrée et forcée à se prostituer, dans une maison, à Montargis, mais aussi dans des hôtels, à Orléans et Blois.

Trois personnes ont comparu pour des faits de proxénétisme aggravé, commis du 22 février au 14 mars : deux hommes, également mis en cause pour « atteinte sexuelle sur un mineur de 15 ans », Ludovic, 24 ans, et Jean-Eudes, 26 ans, et une jeune femme, Valentine, 19 ans.

Le premier, condamné à plusieurs reprises depuis 2012 pour des faits de vol et de recel de stupéfiants notamment, aurait « payé » 500 euros à une connaissance de région parisienne pour récupérer la jeune fugueuse, qu’il a ensuite envoyée à Montargis.

Pendant une dizaine de jours, elle a été placée sous la surveillance des deux occupants de la maison, et contrainte de recevoir chaque jour une dizaine de clients.

Les faits auraient rapporté entre 5.000 et 6.000 euros à Ludovic.

Désigné comme l’instigateur des faits, ce dernier a reconnu avoir profité de l’argent des passes :

« Depuis le début, je ne cherchais que le profit », a-t-il lancé froidement.

“Mais K., elle savait ce qu’elle faisait;

elle est venue à Montargis avec un but précis.”

Sous-entendu selon Ludovic: se prostituer et gagner de l’argent.

Les trois mis en cause ont tous nié avoir su que l’adolescente n’avait que 14 ans.

« Je pensais qu’elle en avait 22 ou peut-être 25 », a balbutié Jean-Eudes, qui aurait proposé à Ludovic de racheter K. pour 4.000 euros.

« On a réduit cette jeune fille au rang d’objet, de marchandise !

Tout le monde a vécu de cet argent !

Une gamine de 14 ans ne peut pas consentir valablement à un acte sexuel avec qui que ce soit.

Il n’y avait pas de question à se poser ! », a défendu Me Rougelin.

Pour les trois accusés, en effet, aucune question ne s’est posée, semble-t-il.

La jeune fille, « totalement cabossée par la vie » selon son avocat, était d’accord pour se prostituer, selon eux.

« Et plusieurs fois, on lui a signifié que c’était pour son bien qu’on l’assistait pour assouvir les fantasmes de pédophiles, oui, de pédophiles, que c’était pour son bien qu’on lui donnait une claque, pour son bien qu’on gérait l’argent amené par les passes !», a vilipendé Emilie Petrovski, la substitut du procureur qui, dans ses réquisitions, a réclamé 6 ans d’emprisonnement pour Ludovic, et 3 ans pour ses deux complices.

Valentine et Jean-Eudes ont été condamnés à 3 ans d’emprisonnement, dont deux ans assortis d’un sursis probatoire; tous deux bénéficieront d’un aménagement de peine.

Ludovic, lui, a écopé de 4 ans d’emprisonnement.

Il a été maintenu en détention.

Source : La République du Centre

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp