Mans | Le père de famille harcelait sexuellement une fille de 14 ans

non

Le père de famille harcelait sexuellement une adolescente belge sur internet
Photo d'illustration Jean-François Ottonello
Un quinquagénaire marié et père de famille harcelait sexuellement sur internet une mineure belge de 14 ans. Il était jugé par le tribunal du Mans ce vendredi 17 septembre 2021.

Un habitant du Mans (Sarthe) était jugé, ce vendredi 17 septembre 2021, pour avoir harcelé sur internet, une fille belge de 14 ans.

En 2018 sur internet, une fille belge de 14 ans est contactée sur Instagram, par un utilisateur « Davidou720 » qui se présente comme un jeune homme de 27 ans.

Très vite, la mineure belge réalise que le jeune homme de 27 ans est en réalité un quinquagénaire bien amorti, marié et père de 2 enfants dont une fille du même âge que sa victime.

Des propositions obscènes

Très vite il propose à la mineure un appel vidéo, lui fait des propositions obscènes, s’hexibe sexuellement et n’hésite pas à lui envoyer une vidéo de lui en train de se masturber.

« Davidou » propose à la mineure une relation particulièrement perverse en exigeant qu’il soit son « esclave »

Devant le refus de la fille il la menace de poster des photos nues ( des qui ne sont pas d’elle en réalité ) sur des sites et des forums pornographique en indiquant son pseudo snap chat.

Face à un nouveau refus de la fille, il met sa menace à exécution et la victime se voit harcelée sur internet par des internautes particulièrement obscènes. Parallèlement, « Davidou » continue de harceler la jeune fille.

Localisé via les Etats Unis

Alerté par sa fille sur le harcèlement dont elle est victime sur internet, la mère de la mineure belge décide porter plainte en Belgique.

La police Belge contactera Snap Chat aux Etats unis qui permettra de localiser « Davidou720 » via son mail et son numéro de téléphone. Saisi, le Parquet de Paris diligente une enquête et « Davidou 270 » est interpellé au Mans.

Entendu en Février 2020, « Davidou » qui est en réalité un père de famille de 2 enfants travaillant dans la restauration, tente de minimiser les faits qui lui sont reprochés.

Il reconnait avoir mis ses menaces envers la jeune fille à exécution et se défend en affirmant les avoir postés sur des « sites pornos pas pédos ».

Et lorsque les enquêteurs lui objectent que la fille est mineure, il affirme ne pas être dérangé, que ce

« n’était qu’un jeu »

et que

« ce n’était pas la première à se déshabiller ».

Il finit par avouer :

« Je reconnais les faits ».

Interrogé sur son comportement par la présidente du Tribunal, il déclare

« Je ne sais pas trop comment l’expliquer, j’ai des pulsions. C’est compliqué d’en parler »

avant de poursuivre :

« J’aime l’exhibitionnisme, j’adore qu’on me regarde »,

« Vous pourrez un jour tomber sur votre propre fille »

prévient la Présidente du tribunal.

10 mois de prison avec sursis

Reconnu coupable des faits qui lui sont reproches, le père de famille qui avait déjà été condamné en 2001 pour exhibition et agression sexuelle, écope de 10 mois de prison avec un sursis probatoire de 2 ans. Il est aussi interdit d’exercer une activité au contact des mineurs pendant 10 ans.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp