Gravelines | Le fils d’un homme arrêté pour pédopornographie témoigne

oui

Pédocriminel En liberté

« Je veux voir mon père derrière les barreaux »
Illustration. LP/O.A.
Étienne*, 22 ans a dénoncé son père après avoir découvert des vidéos à caractère sexuel sur l’ordinateur. On y voit notamment sa demi-sœur. Le jeune garçon, abasourdi, raconte.

Il est des histoires qu’on préfère ne pas trop ébruiter. Des secrets de famille lourds à porter.
Comme en témoignent la maman et l’une des sœurs d’Étienne, qui étaient déjà tombées sur des photos plus que douteuses.
Sans pour autant s’imaginer une seconde de ce qui se cachait derrière 360 gigaoctets de fichiers… pédopornographiques.

« Je ne sais pas pourquoi, mais je m’en doutais ; en tout cas, ça ne m’a pas étonné. »

Étienne est le fils de Bruno*, désormais poursuivi pour détention d’images pédopornographiques et captation d’images portant atteinte à la vie privée de sa belle-fille, aujourd’hui âgée de 17 ans, et de son petit ami.
Tout s’est accéléré cet été.
Alors que Bruno, sa compagne et deux de leurs enfants partent en vacances, Étienne, lui, préfère rester dans le Nord.

« Mon père ne voulait pas que je reste seul à la maison, il voulait que j’aille chez ma mère. »

Mais le Gravelinois de 22 ans n’écoute pas son père et invite quelques potes chez lui.
Mal lui en a pris :

« Il m’appelle pour me demander ce que font mes copains à la maison. »

Les voisins auraient prévenu Bruno.

« Mais les voisins n’étaient pas là ! »

Étienne se met alors à chercher après une caméra.
Qu’il finit par trouver, dans l’entrée.
Ni une, ni deux, il débranche le wifi.
Puis se met à tout imaginer, bien décidé à trouver des éléments qui prouvent que son père espionne les membres de la famille.

« Deux jours avant, j’étais tombé sur une carte SD, près d’une porte de chambre qu’on n’utilise pas. Je pensais que c’était la mienne et je l’avais posée sur mon bureau. » Quand il la regarde, il tombe sur des images filmées dans la chambre de sa demi-sœur. « Ce n’était pas des vidéos sexuelles », fait-il savoir.

Des vidéos de mineurs nus
Alors, le lendemain, lundi 20 juillet, il se met à fouiller le PC de son père.

« Je vais dans l’historique : je ne vois que des trucs porno. Je fais une recherche de fichiers vidéos et, là, je tombe sur des vidéos pédopornographiques. »

Récupérés sur Internet pour moitié.
Pour les autres, ce sont des images prises dans la chambre de sa belle-fille.
À son insu.
Seule ou avec son petit ami.

« La caméra était tournée vers son lit », appuie Étienne.

Il se rend à la police dès le mardi.

« J’ai tout expliqué, je voulais le dénoncer. Ils m’ont demandé de ramener les fichiers. »

Le lendemain, il copie les 360 Go de vidéos, qu’il restitue à la brigade des mineurs.
En attendant que l’enquête avance, Étienne garde le secret.
La maison où habite la famille – toujours en vacances – est perquisitionnée.
Le téléphone fait alors son œuvre et toute la famille est rapidement informée.
Étienne, lui aussi filmé
Bruno rentre de vacances.
Il est convoqué au commissariat pour être entendu.

« Il leur a dit que c’était moi qui avais mis ces fichiers dans l’ordinateur. »

Les relations entre Étienne et son père ne sont pas vraiment des plus cordiales.
Sauf que des vidéos ont été téléchargées sur Internet il y a… 14 ans.
Une confrontation est alors organisée entre Bruno et son fils.
Le père accusé finit par avouer.

« C’est là que j’ai appris qu’il y avait une caméra dans ma chambre. J’hésite encore à porter plainte, car je voudrais le voir derrière les barreaux. »

Au nom de l’équipe wanted pedo, bravo à Etienne* pour ton bon sens, ta réactivité et ton courage.
Et également bon courage pour la suite, tu peux compter sur notre soutien.

Ne rien dire c’est accepter, ne rien faire c’est cautionner !
L’équipe Wanted Pedo

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp