Savigny-le-Temple | Le FBI démasque le pédophile aux 80000 images pédopornographiques

oui

Pédocriminel En liberté

« C’est atroce, infect, toutes ces photos insoutenables d’enfants écartelés !»
Un pédocriminel a été condamné à douze mois de prison ferme pour détention d’images pédopornographiques. Bien que la procureure de la République décrivit l’homme comme « un prédateur », son avocat a obtenu l’annulation d’une bonne partie de la procédure intentée contre son client.

C’est le FBI (Federal bureau of investigation) qui avait donné l’alerte. Les enquêteurs de la sûreté départementale ont découvert 81 000 images et 780 vidéos à caractère pédopornographique chez Xavier, un habitant de Savigny-le-Temple, âgé de 31 ans, en janvier 2018.

Il a été condamné à 18 mois de prison, dont six mois avec sursis avec 3 ans de mise à l’épreuve, par le tribunal correctionnel de Melun mercredi après-midi.

La procureure de la République qui l’a décrit comme « ni plus, ni moins, un prédateur », avait requis deux ans de prison avec un suivi sociojudiciaire de deux ans et une injonction de soin.

Le prévenu a été relaxé de certains faits.

L’affaire démarre après des échanges de fichiers, montrant des jeunes filles sur des sites de téléchargement.

Microsoft prévient le FBI qui, après des recoupements, alerte l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), en France.

Deux adresses mails, d’une mystérieuse Lucie, mènent les policiers vers l’adresse IP de Xavier.

La sûreté départementale de Seine-et-Marne récupère les éléments et perquisitionne le domicile du suspect.

Xavier qui se présente comme un photographe de mode et d’art a tenté d’expliquer la présence d’autant de photographies, devant les juges.

« Je ne sais pas ce qu’elles font sur mon ordinateur, je les ai à peine regardées, ça ne m’intéresse pas, j’aurais dû les supprimer, mais c’est plus fort que moi : faut que je stocke ! »

La présidente, énervée pas ses non-réponses avant de rappeler qu’il téléchargeait des fichiers la veille de la perquisition, s’emporte :

« C’est atroce, infect, toutes ces photos insoutenables d’enfants écartelés ! Mais comment avez-vous pu stocker ces horreurs sur votre ordinateur ? »,

Le prévenu, qui met ses omissions, ses oublis et ses actes sur sa dépression et sa bipolarité, explique :

« La seule date qui reste c’est celle de la copie de disque. Je les ai copiées en 2008 et après recopiées ».

L’expertise psychiatrique ne révélera aucune anomalie mentale.

Parmi les vidéos, les enquêteurs tombent sur deux jeunes filles nues sortant de sa propre salle de bains.

Le trentenaire ose :

« Je n’ai aucun souvenir d’avoir mis des caméras »,

Outre la peine, aménageable, le prévenu, aujourd’hui sans domicile fixe, devra se trouver une résidence et suivre des soins.

Il a, en outre, l’interdiction d’avoir des contacts avec des mineurs. Il est également inscrit dans le fichier des délinquants sexuels.

Me Khéops Lara, l’avocat de la défense, a obtenu l’annulation d’une bonne partie de la procédure, dont la perquisition en raison d’un manque de motivation de l’ordonnance du juge.

L’avocat explique :

« À aucun moment, on a expliqué la raison de la perquisition à mon client, qui a obtenu la relaxe sur la plupart des poursuites. Mon client a malgré tout reconnu avoir téléchargé les images mais il ne pensait pas en avoir autant. »

Le fait qu’il a reconnu les avoir téléchargées explique sa condamnation pour la détention d’images de mineurs à caractère pornographique.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp