Saint-Malo | Pas de prison pour le papy pédo qui a récidivé pendant des années

oui

Pédocriminel En liberté

La première avait 4 ans et demi quand ça a commencé, 12 ans quand ça s’est arrêté.
photo d'une fillette de dos avec son nounours
Un homme de 74 ans a comparu jeudi 16 septembre devant le tribunal de Saint-Malo pour agressions sexuelles sur ses petites-filles, lorsqu’elles venaient en vacances à Saint-Malo.

C’est une famille entière et déchirée sur les bancs de la salle d’audience du tribunal correctionnel de Saint-Malo. Tous sont là pour une affaire d’agression sexuelle : deux enfants auraient été victimes de leur grand-père.

La première avait 4 ans et demi quand ça a commencé, 12 ans quand ça s’est arrêté.

La première fois, c’était au réveil de sa sieste. Il lui aurait fait « des papouilles ».

Et puis, entre 2010 et 2019, c’est devenu presque routinier : chaque fois qu’elle venait en vacances chez ses grands-parents à Saint-Malo, son grand-père glissait sa main au bord de son sexe, en passant sa main dans sa culotte.

La petite fille, aujourd’hui âgée de 12 ans, en a parlé pendant le confinement.

Elle en avait déjà parlé à sa mère une fois, à 4 ans, pendant un goûter. Sa grand-mère l’avait alors prise à part pour lui dire qu’elle était « une menteuse ». Sa mère ne l’a pas crue non plus.

Pour sa cousine, les mêmes faits ont eu lieu une fois, « peut-être deux ».

L’avocate du prévenu, Me Bataille-Gedouin, explique qu’il a arrêté quand l’enfant a manifesté son malaise.

À la barre, le septuagénaire se dit « tactile » ; l’enfant aurait « mal interprété les gestes ».

Il explique qu’il « frôlait » le sexe de sa petite fille au niveau de la couture de la culotte.

« J’ai appris au commissariat que c’étaient des agressions sexuelles. »

« J’étais peut-être trop câlin, mais ce n’était pas sexuel. Je ne pensais pas à autre chose que le câlin. »

Le substitut du procureur répond :

« Monsieur minimise ses gestes ».

Puis, il relève une de ses déclarations d’audition :

« Je savais quand même que ce n’était pas des choses à faire. »

Le tribunal l’a condamné à une peine d’un an de prison avec sursis, comme l’avait requis le parquet. Il est désormais inscrit au Fichier judiciaire des auteurs d’infractions sexuelles.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp