Réunion | l’oncle pédophile jugé pour plusieurs viols

non

Catégories :

Mots clés :

Jean-Pierre avait déjà été condamné en 2002 pour l’agression sexuelle de sa belle-fille de 8 ans. 
Aujourd’hui et demain se tient devant la cour d’assises le procès d’un oncle accusé d’avoir violé ses nièces de 8 et 10 ans, ainsi que son neveu de 11 ans, plusieurs années durant. Il encourt 20 ans de réclusion criminelle et met le thème de l’inceste au cœur des débats.

Mai 2017, Judith*, 8 ans, libère sa parole auprès de sa mère éberluée.

Elle raconte comment son oncle est venu la chercher pour l’emmener dans sa chambre, fermer la porte, la déshabiller, avant de se dévêtir lui-même et de “mettre son sexe dans ses fesses” , tout en lui faisant regarder un dessin animé pour la distraire.

La petite fille avait fait état de menaces proférées par son oncle si elle parlait, faisant le geste de “frapper”, et avait précisé qu’il sentait l’alcool.

Un dessin animé pour la distraire pendant le viol

Dans la famille, cette révélation avait fait l’effet d’une bombe. Sauf qu’elle était encore loin de se douter de la suite.

Deux jours après le témoignage de Judith, son frère Victor*, portait plainte à son tour.
Huit ans plus tôt, alors qu’il avait 11 ans,  il aurait également été victime de son oncle.

Après des attouchements dans sa voiture, Jean-Pierre* avait conduit l’enfant à son domicile, puis dans une chambre. Il avait lié les mains de sa petite victime avec son pantalon, utilisé de la crème Nivea car l’enfant avait mal et lui avait imposé un rapport anal complet.

Victor avait indiqué que les agressions avaient duré jusqu’à ses quinze ans. Dès qu’il le pouvait, l’oncle, systématiquement sous l’effet de l’alcool, lui faisait subir des attouchements, “profitant de toutes les occasions pour lui caresser les fesses et le sexe, essayant de le masturber.”

Un viol pour cadeau de Noël

Un mois après la plainte de Victor, c’était au tour de Vanessa* de venir raconter aux forces de l’ordre ce qu’elle avait subi. Fille du frère aîné de l’accusé, elle aurait été forcée de lui faire une fellation, un soir de Noël, alors qu’elle avait 8 ans.

Au cours de ses auditions en garde à vue et au cours de l’instruction de l’affaire, Jean-Pierre avait fini par reconnaître tous les faits qui lui étaient reprochés et pour lesquels il avait été écroué en attendant son procès aux assises.

Seul bémol, le mis en cause de 54 ans n’en avait pas démordu : malgré ses 11 ans, “Victor était consentant.”

Jean-Pierre avait déjà été condamné en 2002 pour l’agression sexuelle de sa belle-fille de 8 ans.

Décrit par ses proches comme “en marge de la société”, notamment à cause de sa consommation d’alcool l’empêchant de travailler, ses expertises psychiatrique et psychologique ont montré qu’il ne présentait pas d’anomalie mentale, mais une déviance sexuelle de type pédophile.

L’audience criminelle se déroule aujourd’hui et demain. Le verdict devrait être connu demain en fin de journée.

*Prénoms d’emprunt

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp