Protected: Lisieux | EMMANUEL BOSSHARTH confronté aux contenus pédopornographiques de son ordinateur

oui

Pédocriminel En liberté

Catégories :

Mots clés :

Malgré des preuves accablantes EMMANUEL BOSSHARTH continue de nier
Selon nos informations dans le dossier EMMANUEL BOSSHARTH chimiste à la SODEL À LISIEUX, maintenu en poste malgré sa mise en examen pour viols sur mineurs de 13 et 15 ans le 11 septembre 2020 par le Tribunal Judiciaire de Caen

Aux questions qui ont été posées à EMMANUEL BOSSHARTH, à de nombreuses reprises, par justice et police:

Téléchargez vous de la pédopornographie?

“Trouverons nous des photos, vidéos pédopornographiques dans vos ordinateurs?

“Etes vous pédophile?

le mis en examen a répondu NON, à chaque fois, avec son aplomb désormais bien connu. 

Les conclusions des experts informatiques sont les suivantes:

Le mis en examen:

-Utiliserait ou aurait utilisé un logiciel de cryptage.

-Consulterait le Darknet grâce au browser TOR

– A surfé sur des sites du TOR ayant pour objet la pédopornographie

-A accédé à des adresses de sites Internet ayant pour objet le tourisme sexuel pédophilie en Afrique, en Inde…etc.

-Effectue des recherches de sites pornographiques avec les mots clés “TEEN” (adolescent en anglais), pédopornographie, inceste entre frères et sœurs , etc.

Mais surtout IL A ÉTÉ RETROUVÉ car RESTAURÉ, des quantités significatives de fichiers de:

Photos pédopornographiques avec des mineurs, parfois de moins de 14 ans (certains enfants semblent avoir 10 ans max).

Vidéos pédopornographiques enregistrées sur le matériel analysé, de viols de très jeunes enfants.

IL A ÉTÉ RETROUVÉ de la même façon des créations de comptes fake sur un site de rencontre pour adolescents, où le mis en examen se fait passer pour une fille/jeune fille, afin d’obtenir probablement des images de nus des garçons inscrits sur ledit site, disent les experts

Notre sang s’est glacé quand nous avons appris qu’ EMMANUEL BOSSHARTH effectuait des recherches sur Internet ayant pour mots clés “caméra espion nocturne”, consultation que les experts n’ont pas manqué de relever dans leur rapport, avant que les parties civiles ne viennent le visiter.

EMMANUEL BOSSHARTH a nié toutes les accusations portées à ce jour contre lui, comme il avait nié fermement auparavant, les accusations qui l’avaient déjà fait être convoqué par la police de Lisieux en 2018.

Hélas, si la justice Lexovienne en 2018 avait perquisitionné les ordinateurs D’EMMANUEL BOSSHARTH à l’époque, au lieu de classer sans suite, elle aurait pourtant trouvé tant de preuves de consultation de pédopornographie (datant pour certains de 2016) et on aurait surement appris au passage pourquoi cette personne s’intéresse aux “caméra espion nocturne”, serait-ce pour passer de consultation à production de pédopornographie?

EMMANUEL BOSSHARTH aurait été potentiellement convoqué devant des juges, et peut-être aurait-il été inscrit au Fichier judiciaire des auteurs d’infractions sexuelles le FIJAIS, avec les conséquences que l’ont connaît bien à wanted pedo.

EMMANUEL BOSSHARTH aurait été bien connu, voire condamné…

Avant de prendre de l’assurance et de déclencher les plaintes qui sont désormais devant un juge d’instruction.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp