Les Mureaux | Un homme mis en examen pour proxénétisme aggravé et corruption de mineur

oui

Pédocriminel En liberté

Il avoue son désir de trouver des filles acceptant certaines pratiques assez extrêmes
Arrêté près des Mureaux (Yvelines), un homme de 33 ans a été mis en examen pour proxénétisme aggravé et corruption de mineur. Il agissait notamment sur Instagram.

Une source témoigne:

« C’est un homme dont la perversité est grande et inquiétante. D’autant plus inquiétante qu’i s’en prend à de jeunes filles, mineures »

Mi-septembre, un homme de 33 ans a été mis en examen au tribunal judiciaire de Versailles pour proxénétisme aggravé et corruption de mineur.

À l’origine, il avait été arrêté dans un village situé au nord des Mureaux, dans les Yvelines, dans le cadre d’un trafic de stupéfiants.

Franck a été placé en garde à vue le 6 septembre 2021 par les policiers des Mureaux.

En s’intéressant à son téléphone, les enquêteurs découvrent une conversation avec une prostituée.

Puis différents échanges avec des clients potentiels.

En discussion instantanée, on parlait surtout tarifs.

Questionné, il soutient ne pas avoir reçu d’argent.

Il avoue son désir de « mater » les rapports au moyen d’une webcam ou par téléphone.

Et de trouver des filles acceptant certaines pratiques assez extrêmes, payées parfois plus de 500 euros.

En fouillant dans son univers numérique, les fonctionnaires vont identifier de très nombreuses conversations avec des jeunes filles, via Instagram.

Dès le lendemain, une perquisition sera menée à son domicile.

Seront placés sous scellés : ordinateurs, disque dur, clé USB, téléphones portables, tablette…

Mais aussi 3 godemichés, 13 soutiens-gorge, des culottes, des strings et des documents administratifs ne lui appartenant pas.

Son application Instagram sera étudiée dans le détail.

Ce qui permettra de découvrir que Franck utilise régulièrement cinq profils différents, dont quatre féminins.

Il se faisait appeler Célia, 16 ans

Sous le profil d’une adolescente de 16 ans, Célia, l’homme use systématiquement de la même stratégie avec les adolescentes.

Une prise de contact, une mise en confiance et très rapidement une dérive vers des discussions sexuelles avec des objets ou même avec des animaux.

Il insiste pour obtenir des vidéos en direct.

Une source proche du dossier déclare:

« Lorsqu’il obtenait satisfaction, il en profitait pour faire des captures d’écran, photos et vidéos. »

« Par solitude affective »

Confronté à ces éléments, Franck va expliquer « avoir des pulsions sexuelles envers les jeunes mineures, ce qui le poussait à prendre contact avec des filles âgées de 11 à 17 ans, avec des faux profils, sur Instagram comme sur Facebook. »

Il n’admettra qu’une relation avec une adolescente âgée d’une quinzaine d’années.

Il affirme aux enquêteurs:

« Principalement, je ne fais que mater. C’est par solitude affective »,

Un message inquiétant

Mais sur ce point, les policiers tiquent.

Car ils ont découvert un message laissant à penser que l’homme pourrait être impliqué dans la prostitution de mineures :

« Coucou, je m’appelle Célia, j’ai 16 ans. Avec des copines on est un groupe d’escorte. On est cinq entre 13 et 16 ans. Tu veux gagner de l’argent anonymement et discrètement sans pub sans que personne ne sache rien ? »

Sur les objets de la perquisition, il avouera qu’il conservait les sous-vêtements plus en guise de souvenir que par fétichisme.
Cerise sur le gâteau, il avouera fréquenter le darkweb.

Là, Franck était plus intéressé par le piratage de données bancaires, téléphoniques et informatiques.

Dans les mois à venir, des expertises doivent donc être menées sur le matériel informatique du trentenaire.

L’idée de la justice est de déterminer si des images, des vidéos ou d’autres conversations peuvent être retrouvées.

Peut-être même en dehors de la prévention retenue, entre le 1er janvier 2019 et le 6 septembre 2021.

Ce sera la mission des spécialistes de la cybercriminalité.

En attendant, il a été placé sous contrôle judiciaire.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp