Clermont-Ferrand | Un multi-récidiviste condamné à 5 ans de prison

non

Illustration justice © Pierre COUBLE
Poursuivi pour une série d’agressions sexuelles commises entre 2017 et 2019, dans le Puy-de-Dôme, sur sa fille, sa nièce, mais aussi sur de jeunes licenciées d’un club de gym, un homme de 65 ans a été condamné à cinq ans de prison ferme et dix ans de suivi sociojudiciaire. (1)

« J’ai cette déviance. Il faut que je me soigne ».

Cette phrase, prononcée en toute fin d’audience, ce jeudi soir, devant le tribunal correctionnel clermontois, résonnait, sinon comme un aveu, du moins comme une forme de confession.

Cet homme de 65 ans, en détention provisoire depuis un an et demi, devait répondre de plusieurs agressions sexuelles commises entre 2017 et 2019, dans deux communes du massif du Sancy, sur sa fille aujourd’hui âgée de 5 ans et demi, sur sa nièce de 7 ans, mais aussi sur 6 licenciées du club de gymnastique de Rochefort-Montagne (où il était alors entraîneur), âgées d’une dizaine d’années au moment des faits.

Le sexagénaire devait également s’expliquer sur le contenu de son ordinateur et de son téléphone portable, qui ont révélé la fréquentation régulière de sites pédopornographiques.

Pressé de questions par le président Charles Gouilhers, le prévenu finit par admettre, non sans quelques contorsions rhétoriques, avoir « commis l’irréparable » sur sa fille et sa nièce, après avoir « cédé à des pulsions ».

Mais il réfute avoir eu des gestes déplacés – notamment en les tenant par les fesses – à l’égard des jeunes gymnastes dont il avait la charge, évoquant la thèse d’une mystérieuse vengeance ourdie par les parents des victimes, voire les victimes elles-mêmes…

Les trois avocats des parties civiles – Mes Manon Cherasse, Karine Léchelon et Fabrice Barichard (du barreau de Grenoble) – ont tour à tour dénoncé le comportement « d’un homme qui n’a jamais eu le moindre mot d’excuse pour ses victimes », « qui manipule et travestit la réalité » et pour qui « tout le monde ment, sauf lui ».

Tout en rappelant le passé judiciaire « effrayant » du sexagénaire (2), le procureur de la République, Emmanuelle Cano, a dépeint « un prédateur sexuel, au profil pédophilique structuré, dont l’impunité doit cesser ».

Elle a requis sept ans de prison et cinq ans de suivi sociojudiciaire.

« Les faits reprochés à mon client font de lui un personnage détestable, qu’on condamne moralement avant même de le faire pénalement, quoi qu’il puisse dire », a ensuite estimé Me Jean-François Canis en défense, présentant un homme « dépassé par son attirance pathologique pour les enfants, mais qui cherche à la comprendre et doit avant tout être soigné ».

(1) Il pourrait être amené à effectuer trois ans supplémentaires de détention s’il n’observait pas les obligations liées à ce suivi.

Il lui est par ailleurs interdit, de façon définitive, d’exercer une activité bénévole ou professionnelle en rapport avec des mineurs.

Enfin, le tribunal a prononcé le retrait total de son autorité parentale.

(2) Il a déjà été condamné pour agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans, en 1996 (dix-huit mois de prison, dont quinze assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve) et 2001 (deux ans et demi de détention), mais aussi pour viols sur mineure de 15 ans, en 2009, par la cour d’assises d’appel de Haute-Loire.

Il avait alors écopé de dix ans de réclusion criminelle.

Il était sorti de détention en 2012 et placé sous surveillance électronique, avant de bénéficier d’une libération conditionnelle en 2015.

NdWP : La justice Française donne des permis de récidiver aux pédos, la liste des condamnations de ce type en est un exemple de plus.

On nous fait croire lors de la première condamnation que si le suspect recommence il fera 15 ans de prison mais lorsqu’il est jugé 5 ans plus tard pour les mêmes faits il ne prend que 3 ans.

Il recommence donc à nouveau et est condamné quelques années plus tard à 10 ans pour des faits encore plus graves mais n’en fera que 3 avant d’être libéré, et il recommence donc à nouveau.

Cette fois il prend 5 ans pour de multiples victimes, autant dire que pour un multi-récidiviste il ne prend rien, qu’il ne fera pas la totalité de la peine bien sûr et qu’il recommencera bientôt. 

Le message de la justice est clair et constant au fil des années (25 ans depuis sa première condamnation) : “Fait toi plaisir, violer des gosses ce n’est pas bien grave !”

Combien de victimes sauvées d’avance si une peine de 15 ans de prison était réellement une peine de 15 ans en prison et non 3 ans ?

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp