Vendôme | Un homme récidiviste condamné à 2 ans supplémentaire pour abus sur mineur

non

Mineur agressé sexuellement : un Vendômois écope de 2 années supplémentaires de prison
Photo d'illustration
Un Vendômois a écopé de 2 années supplémentaires de prison dans une affaire d’agression sexuelle et corruption de mineur.

Au nom « d’indices graves, précis et concordants » et tenant compte de son état de récidiviste, la cour d’appel a alourdi la peine d’un trentenaire de 2 années de prison supplémentaires.

Ce Vendômois avait été condamné pour agression sexuelle et corruption de mineur, le 30 octobre 2018, par le tribunal correctionnel de Blois à 1 an d’emprisonnement ferme plus la révocation partielle d’un précédent sursis prononcé en 2012.

La cour d’appel lui a infligé une peine de 3 ans de prison ferme et la révocation totale de son ancien sursis de 8 mois. Elle a ajouté 5 ans de suivi socio-judiciaire.

L’affaire débute le 15 décembre 2014, lorsque la mère d’un garçon de 10 ans porte plainte contre un Vendômois de 28 ans qui aurait, à 2 reprises, agressé sexuellement son fils au cours de l’été précédent.

Cet homme, qui était connu dans le quartier pour être un réparateur occasionnel, l’aurait obligé à visionner un film pornographique avant de lui imposer des attouchements.

Placé en garde à vue le 30 mars 2015, l’intéressé conteste tout, les attouchements comme la diffusion du film X. Lors d’une confrontation, il affirme que l’enfant a été manipulé par ses parents, alors qu’il attendait d’être payé pour la réparation d’un téléphone portable et d’une console de jeux.

Argument qui a été formellement rejeté par la maman de l’enfant qui indique que depuis la dénonciation des faits, son fils est devenu agressif et a quitté l’école prématurément. Depuis, « il ne voit pas le bout du tunnel », a déclaré la mère qui trouvait étrange que son fils parle toujours de sexe.

Le mis en cause a fait appel du jugement de Blois car il conteste sa culpabilité. Il accuse les parents de l’enfant de ne pas avoir voulu lui payer les réparations qui lui étaient dues et affirme être victime d’un complot fomenté par des familles concernées par ses précédentes affaires de mœurs remontant à 2011 et 2012.

L’avocat général, Luc Belan, a rappelé que le mis en cause avait déjà été condamné 2 fois lorsqu’il était mineur pour agression sexuelle et s’est appuyé sur une expertise psychiatrique aux conclusions inquiétantes.

« Il s’agit bien d’une récidive d’agression sexuelle sur mineur. Il faut assumer cette transgression insupportable et vous soigner même si la perversité se soigne difficilement »,

souligne le magistrat qui requiert cinq ans de prison ferme.

Me Sandrine Audeval, en défense, soutient que l’accusation n’a rien démontré.

« On n’a rien trouvé dans le téléphone portable en lien avec l’affaire, l’enfant n’est venu qu’une fois chez lui uniquement pour chercher du matériel. Mon client n’est pas un pervers, il est vulgaire peut-être, mais vous ne pouvez pas le condamner sur des éléments incohérents, relaxez-le ! »

La cour n’a pas suivi ces arguments.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp