Pau | Un éducateur écope de 3 ans de prison pour avoir agressé des mineurs

non

3 ans de prison ferme pour l’éducateur de rugby jugé pour agression sexuelle sur des pré-ados
Bruno, 48 ans, a été reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement quatre cadets du club de rugby Nord Béarn en 2014 et 2015. Lors de son procès ce jeudi au tribunal de Pau il a continué de nier.

L’ancien éducateur des cadets du Club de rugby Nord Béarn a été condamné à 3 ans de prison ferme ce jeudi 21 janvier 2021 par le tribunal de Pau.

Cet homme de 48 ans a été reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement 4 adolescents de 13, 14 et 15 ans. Il était aussi instructeur pour jeunes pompiers mais c’est dans le cadre de ces activités rugbystiques qu’il a agressé ces jeunes.

A l’audience, comme durant toute l’enquête, il a nié, malgré la parole des enfants.

Il a reconnu qu’il les a fait fumer, boire et que, chez lui, ils ont regardé des films X. Sauf qu’à l’entendre, ce sont eux qui les ont mis sur sa télévision quand il avait quitté la pièce.

Il les a juste laissé faire explique-t-il. Les caresses, les gestes déplacés, il les nie. Ça n’a jamais existé dit-il. Tous on tout inventé. Et à l’audience il tente d’avoir réponse à tout.

La présidente :

“Pourquoi dormaient-ils dans votre lit avec vous ?”

Lui :

“Parce que je n’avais pas de place. Il n’allait pas dormir par terre?! Pourquoi prendre la température anale de cet ado malade ? Pourquoi tous ces cadeaux ? Juste pour leur faire plaisir je n’attendais rien en retour.”

Les mots de cet homme dans la salle, résonnent comme ceux d’un gamin. Il dégage, à 48 ans, une grande immaturité. Avec ces ados il se comportait comme un copain, un grand frère au mieux.

“Le portrait classique d’un agresseur sexuel de mineurs”

plaide l’avocate d’un des ados. Heureusement que le président du club Nord Béarn a réagi dès qu’il a été alerté par des rumeurs.

L’affaire aurait pu être plus grave encore.

Après sa peine purgée, il fera l’objet d’un suivi socio-judiciaire pendant 5 ans.

Il a déjà fait l’objet d’une condamnation il y a 26 ans pour des faits similaires.

 

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp