Wanted Pedo et le procureur mystère …

silhouette-de-l-homme-et-de-point-d-interrogation-17749737-1127810
© Carloscastilla | Dreamstime.com

Rencontre de Wanted Pedo avec un commissaire, à la demande d’un Procureur.

Lettre de Wanted Pedo de demande de statistiques et de collaboration avec les services de l’État au procureur de la république d’un TGI de France.

Suite à ce courrier, envoyé deux fois en recommandé, le commissariat a contacté une antenne récemment ouverte et leur a proposé un rendez-vous, fixé le mercredi 8 juin, afin de :

” parler de votre association “, “Le procureur veut vous connaître, voir ce que vous proposez et comment vous travaillez “.

Procureur dont le nom ne nous a pas été divulgué malgré notre demande, « c’est confidentiel »…

L’objet de cet entretien était d’établir un premier contact entre les forces de l’ordre et l’association.

Cet entretien a viré en un cordial interrogatoire, dont toutes sortes de questions ont été posées à notre équipe sur place :

Commissariat, 9h du matin.

Police : “Nom, prénom, âge, adresse, de chacun ?”

WP1 : « Nom, prénom, adresse…

Policier (se tournant vers ma coéquipière) : “Vous êtes mineure mademoiselle ?”

WP2 : « Non, sinon je ne serais pas à Wanted-Pedo, il faut être majeure et avoir un casier judiciaire vierge. Nom, prénom, âge, adresse… »

Police : “Dans quel but nous contactez-vous?”

WP : « Dans le but de vous proposer un partenariat et de connaître certains chiffres concernant les disparitions d’enfants »

Policier :  “Il y a des mineurs dans votre association ?”

WP1 : « Certainement pas, le mouvement est réservé aux majeurs, sains de corps et d’esprit », « D’ailleurs, jusqu’à ce matin, je ne connaissais pas ma partenaire Wp2, mais je sais que celle-ci a un casier vierge et qu’elle a passé un entretien lors de son recrutement en bonne et due forme »

Police : “Comment accompagnez-vous les victimes ?”

WP : « Nous acceptons les dossiers des victimes que s’ils sont “complets”, avec des preuves et des faits avérés, par des personnes sensées et qui veulent aller jusqu’au bout de leur démarche.

Nous les accompagnons dans leur dossier judiciaire et les aidons dans toutes leurs démarches. 

Par ailleurs, nous sommes également ralentit dans notre combat, par des parasites se faisant passer pour des victimes, des individus malsains, qui créer des blogs diffamatoires sur notre association, ces gens dénoncent des extraterrestres et des magistrats dans un seul et même dossier, nous pensons que cela n’est pas compatible. »

Police : “Vous savez nous aussi on en voit des cas qui viennent porter plainte pour viols qui se rétracte car c’était faux… Et des mamans qui viennent nous voir dans les cas de divorce pour porter plainte contre leur ex-mari pour des affaires comme cela… Cependant le père doit bien toucher les fesses de l’enfant pour lui changer la couche …”

Ndlr : Que voulait-il dire dans le second cas…

Police : “Et puis il y en a aussi qui viennent dénoncer des cas de pédophilie et qui ont eux-mêmes des fichiers pédopornographiques sur leur PC, ils ont les cheveux gras et n’ouvrent jamais les volets de leurs appartements”.

Wp1 : « Oui il y a beaucoup de dégénérés, nous avons en avons conscience, et c’est en ça que nous sert l’entretien de recrutement, éviter les faux activistes et ceux qui parasitent la cause.

WP2 : « Notre association se focalise uniquement sur les faits de pédophilies avérés et non les supposés attouchements, on ne parle pas des mêmes cas, nous suivons des familles dans les expertises médicales de leurs enfants, et ce que nous constatons est bien réel.

Police : “Faites-vous des investigations privées à la limite du légal ? ”

WP : « Non, nous n’avons aucune autorisation pour investiguer illégalement, cependant nous en sommes parfaitement capables »

Police : “Combien de membre êtes-vous en France ? ”

WP : « 500 membres actifs et une trentaine qui travaillent 8 à 10 heures par jour en moyenne »

Police : “L’association a-t-elle déjà eu des ennuis avec la justice ? ”

WP : « Nous avions en effet produit dans un article nommé, comme Saint Thomas je ne crois que ce que je vois, des images des sites que nous avons dénoncé de nombreuses fois à la plateforme de signalement Pharos. Il était bien sûr question que les gens dénoncent à leur tour ces sites, pour que la justice arrête les propriétaires de ces sites, afin de retrouver les enfants et adultes visibles sur les vidéos.

Certains sites comme le forum du garcon.net, dit la garçonnière, a été dénoncé maintes fois par notre équipe mais n’a jamais fais l’objet de poursuite. Alors qu’il existe depuis plus de 15 ans»

Police : « Vous souhaitiez faire un coup médiatique en présentant ces images ? »

WP1 : « Nous voulions faire réagir sur la pédopornographie en libre accès sur le web et faire clôturer les sites présentés. Tout cela a été réglé avec le TGI de Grasse et la Police de Nice. »

Police : “Quel type de partenariat souhaitez-vous proposer à la police ? ”

WP2 : ” Tout type de partenariat, qu’il soit basé sur la prévention ou sur la délation pure et simple des pédophiles dont nous aurions connaissance.

WP1 : Il existe bien des indics dans vos affaires de drogues, de terrorisme ? Pourquoi pas contre la pédocriminalité ? »

Police : ” M ‘oui, m’oui, c’est une idée, on va voir comment ça pourrait se mettre en place.”

Nous nous mettons à échanger sur les différentes possibilités de travailler ensemble, mais en nous assurant qu’il sera très compliqué d’établir un partenariat officiel.

Police ” Faites-vous de la chasse aux pédophiles sur Internet ? ”

WP1 : « Avant mon entrée à Wanted Pedo, je me suis fait passer deux fois pour un mineur afin de piéger des prédateurs, j’ai d’ailleurs amené l’un de mes dossiers dans ce même commissariat, sans résultat, puisque le pédophile continue de me contacter. 

Le 2ème dossier, a été déposé à Paris à la cybercriminalité du 7ème, où un commissaire m’avait dit que ce que je faisais était honorable, mais illégal, d’où notre demande d’un partenariat officiel entre les forces de polices et l’association Wanted Pedo ».

WP : « Vous connaissez l’affaire des CD-roms Zandvoort ? »

Police : ” Nan, c’est quoi ? ”

WP : « L’une des plus grosses affaires de pédophilie et de trafic d’images et vidéos pédopornographiques. Vous ne connaissez pas ? », « et Romain Farina le directeur d ‘école de Villefontaine, qui planquait chez lui 7 disques durs et 70 CD-Rom ? Ça ne vous dit rien non plus ? »

Police :  “Je crois en avoir entendu parler”

Police : (A son collègue dans le bureau à côté) “Tu descends ? Bon, on va raccompagner ces Messieurs, Dames…”

10h10 – Le policier conclu notre entretien en se passant une main sur le visage, simple fatigue ou un besoin urgent d’aspirine ?

Ce qui est sûr, c’est que le policier qui a reçu nos deux membres, ne connaissait pas l’une des plus grosses enquêtes sur la pédocriminalité de réseaux, qu’il n’avait que vaguement entendu parler de Romain Farina, directeur d’école et franc-maçon au Grand Orient de France. Il ne connaissait pas non plus les chiffres de disparitions d’enfants.

Aucuns chiffres, aucunes informations, aucuns éléments ne nous ont été fourni lors de cet « entretien ».

Donc à notre prochaine entrevue, nous penserons à ramener un vidéoprojecteur et nos ordinateurs, afin de tenir une conférence sur les réseaux pédocriminels, directement dans le commissariat.

S’en suit, une promesse de suivi de l’entretien au procureur et un rappel prochain. Une semaine s’écoula et le commissaire qui a reçu nos membres fut rappelé, sans résultat et sans rappel.

– Mais quel était donc le but de cet « entretien » ?

-En saurons nous plus bientôt ?

-Que pense le procureur de notre démarche ?

-Va t-il y donner suite ?

En attendant d’avoir des nouvelles de la République, nous poursuivons nos nombreux projets.

Honneur Force et Courage.

L’équipe Wanted Pedo

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp