Toulouse | Paolo Dias : «4 millions de personnes sont encore victimes d’inceste» Pétition

DDM-FREDERIC CHARMEUX – PAOLO DIAS , QUI A LANCE SUR CHANGE.ORG UNE PETITION POUR LA FIN DE LA PRESCRIPTION DE TOUS LES CRIMES SEXUELS

Le but de votre mobilisation est d’obtenir une loi qui déclare que tout crime sexuel sur un enfant est un crime imprescriptible. Pourquoi ce combat ?

Victime d’une agression sexuelle à l’âge de 14 ans, il m’a fallu 27 ans avant de pouvoir l’évoquer pour la première fois et 5 ans de plus avant de pouvoir porter plainte. Huit ans trop tard.

Quand j’ai reçu un courrier du procureur de la République d’Auch me disant que ma plainte ne pouvait être prise en compte, je ne croyais plus en rien.

Je voudrais que les citoyens comprennent qu’on est face à un déni de justice et même pire : face à une non-assistance à personne en danger.

Depuis ce courrier,

je m’interroge sur notre société qui ne se soucie pas de savoir si mon agresseur a commis avant ou après moi, d’autres crimes ou délits.

Selon vous, pourquoi la prescription actuelle de 20 ans doit-elle être abolie ?

Qu’est ce qui empêche le législateur d’aller jusqu’à l’imprescriptibilité ? Rien.

Il est conscient que les conséquences sur les victimes sont terribles, mais il explique qu’il faut un cadre précis et que cela risque de faire du mal aux victimes. Il y a des contradictions qui m’interrogent.

La prescription ne tient pas compte de l’état des victimes, c’est un crime psychique, des personnes ont parfois attendu d’avoir 80 ans avant de parler.

Ces derniers mois, ne trouvez-vous pas qu’en France, la parole s’est libérée, avec l’intervention notamment de personnalités comme Flavie Flament ?

Je trouve que c’est très bien que Flavie Flament ait témoigné, mais je considère que le cheminement de la libération de la parole est personnel.

Le fait qu’il y ait un procès permet la reconnaissance des victimes.

Une condamnation permet de mettre les agresseurs hors de la société le temps qu’ils se soignent.

Le nombre de victimes d’agressions sexuelles et viols est un véritable «carnage».

Selon l’Association internationale des victimes de l’inceste, on estime à 4 millions le nombre de personnes qui se disent victimes d’incestes. Cela représente 6 % de la population. Que fait-on ?

 

PETITION : Fin de la prescription de tous les crimes sexuels…

Source : La Dépèche

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp