Toulouse | Accusé de viol par sa fille, il explique les faits par son appartenance au KGB

non

Un père de famille est accusé de viols par sa fille, sa belle-fille et sa femme
L’homme âgé de 40 ans a expliqué les faits par son appartenance aux services de renseignement russes. Il a été mis en examen pour viols et placé en détention provisoire.

Un père de famille a été mis en examen en avril dernier pour des faits de viols sur mineures, en l’espèce sa fille et sa belle-fille mais également pour des viols sur sa compagne.

Pendant plusieurs années, cet homme âgé de 40 ans a bercé sa famille de mensonges tous plus fantasques les uns que les autres pour justifier les actes sexuels sur ses deux enfants et sa femme dont elles l’accusent.

Sa belle-fille, à l’origine de la plainte qui va mener cet homme devant les gendarmes, va expliquer aux enquêteurs que son beau-père se faisait passer pour un agent des services secrets russes du KGB.

Lorsqu’il voulait avoir des rapports sexuels avec ses deux enfants, ce dernier justifiait ses actes en expliquant que si ses enfants ne s’exécutaient pas, la mafia russe allait leur faire du mal.

Il va également agrémenter son scénario en envoyant des SMS à ses filles et sa femme via une application dédiée en faisant croire que ces derniers proviennent de la mafia russe.

“Tout cela se passait dans un contexte incestueux a minima, le détenu faisait chambre à part avec sa compagne, lui dormait avec sa fille”,

détaille ainsi la présidente de la chambre de l’instruction qui étudiait, ce mercredi, la demande de remise en liberté déposée par le mis en cause.

Pour attester encore plus de la véracité de son scénario, il va même emmener une de ses filles au bord d’un lac dans le sud du département.

Sur place, deux personnes vont simuler avec une arme et du “faux” sang une exécution orchestrée par des personnes impliquées dans la mafia russe.

Mais une de ses filles va prendre conscience de la supercherie à l’aide de son petit ami.

Ce dernier va en effet ouvrir les yeux de son amoureuse en lui expliquant que son beau-père justifie l’inexplicable avec cette histoire de mafia.

Grâce à cela, elle va se rendre devant les gendarmes et raconter l’enfer qu’elle vit depuis au moins trois ans.

Son beau-père est rapidement retrouvé par les enquêteurs de la brigade de recherches de Muret.

“Le mis en cause comprenant que toute son histoire allait s’effondrer a demandé à être pris en charge en hôpital psychiatrie”,

souligne la présidente de l’audience.

Les militaires l’ont donc facilement appréhendé.

Placé en garde à vue, l’intéressé, défendu par Me Pachot a nié les viols sur sa compagne et sur sa fille.

Il a reconnu par contre avoir eu une relation amoureuse avec sa belle-fille âgée de moins de 15 ans au moment des faits.

À l’issue de son audition, il a été présenté à un juge d’instruction et mis en examen pour viols sur conjoint et mineurs de moins de 15 ans.

Il est depuis avril dernier en détention provisoire.

Une information judiciaire a été ouverte.

Les investigations confiées aux enquêteurs de la brigade de recherches de Muret se poursuivent.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp