Situation Kafkaïenne pour les parents d’enfants victimes de viols à Montreuil

Ce Jeudi 09 mars 2017 à 10 heures, trois des quatre parents soutenus par l’association Wanted Pedo dans le cadre de l’affaire de l’école Louis Aragon de Montreuil, ont été convoqués au commissariat de Montreuil.

 Ces derniers sont soupçonnés « d’avoir commis ou tenté  de commettre l’infraction de menace réitérée de violences » sur une personne.

commissariat-montreuil-2328537
Photo d’un des papas à sa sortie du commissariat à 11h30.

 

En guise de soutien, des membres de l’association WANTED PEDO, un élu de la ville, et d’autres parents d’élèves les ont accompagnés. Face à ce rassemblement de citoyens solidaires « aux convoqués », deux agents de police en civil ont approché le groupe pour recueillir des renseignements. Ils ont très vite compris qu’il n’y avait aucun risque de débordement.

Durant leurs auditions dans les locaux de police de la ville de « PEDO-LAND », les papas ont été informés que leurs convocations faisaient suite à une plainte du violeur de leurs enfants.

Ils sont donc « passés au tapissage » derrière une vitre teintée.

Et devinez qui était derrière cette vitre sans teint ? L’agresseur de leurs enfants lui-même !

Ainsi donc, le violeur d’enfant « protégé » aurait reconnu ses agresseurs présumés et deux papas ont été auditionnés. Inversion accusatoire quand tu nous tiens !

En effet, depuis la récente plainte avec constitution de partie civile des familles, le principal accusé a dû remarquer que l’étau se resserrait. A savoir que les familles plaignantes ont obtenu des éléments matériels prouvant que l’agresseur commence à effacer toutes traces ADN à son domicile.

Ce qui constitue à notre regard un défaut de procédure, une légèreté et une nonchalance, que nous observons malheureusement trop souvent dans ce type d’affaire.

Et puisque les services de Police aiment nous rappeler que nous ne sommes pas dans NCIS… Alors nous vous le confirmons, nous sommes bel et bien à Montreuil et non pas dans « les experts à Miami ».

Bref, à l’issue de leurs auditions, les convoqués ont subi les relevés d’empreintes digitales, le prélèvement ADN, et une séance photo… Rien que ça!

Pendant ce temps les policiers en civil sont revenus tenir compagnie au groupe resté sur le trottoir. Ils étaient initialement à la recherche de « Alexandra et David » (sûrement Alexandra et John des affiches de notre réunion d’information de Décembre 2016).

Nous avons donc eu l’occasion de discuter et ils nous ont dit que, au vu de l’intitulé de la convocation « ce n’est sûrement pas grand-chose ». Ils ont aussi conseillé aux parents de « faire attention à ces associations » (lol). Mais lorsque les parents ont expliqué leurs situations, “Dupont et Dupont” ont ajouté qu’ils comprenaient parfaitement la réaction de ceux-ci.

Les agents de Police ont affiché leur neutralité en avouant ne pas bien connaître l’affaire. Etonnant que ces policiers ignorent une affaire de pédophilie au sein des écoles de leur commune… Re Bref.

Au deuxième étage du commissariat, les deux pères retenus ont été auditionnés un par un, répétant encore et encore que leur démarche initiale n’est pas la violence, puisque leur première plainte remonte au mois d’août 2016 et qu’ils attendent depuis, que la justice fasse enfin son travail…

Ils ont également dû expliquer ne pas être « manipulés » par l’association Wanted Pedo mais épaulés et soutenus dans leurs démarches et bien contents de notre présence pour les soutenir.

Le dernier papa auditionné est sorti vers 12h30.

Rappelons tout de même que l’un des parents a été provoqué précédemment par le pédophile, cherchant manifestement à se faire cogner pour pouvoir porter plainte. De plus, les mamans se font suivre et menacer régulièrement depuis le début de cette affaire. Les agents de Police ont invité les parents à ne pas tomber dans le panneau, ce qui coulait de source pour ces derniers.

Nous déplorons cette justice à « géométrie variable », ce deux poids deux mesures, et nous aurions certainement plus de considération à l’égard de nos institutions, si ce « défilé de mode » orchestré au commissariat était destiné aux pédophiles et ses complices, en présence des enfants victimes de leurs sévices.

Chercher l’instigateur de ce cirque serait plus judicieux au lieu de traiter les victimes comme coupables, non ?

« Merci » aux « ânes bâtés » de vous embourber dans vos démarches mesquines de provocations, ce sont toutes ces manœuvres kafkaïennes qui renforcent la détermination des parents et de notre association.

Courage aux parents et aux enfants victimes de Montreuil.

Nous sommes de tout cœur avec vous !

L’équipe Wanted Pedo

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp