Montmirail | Peine maximale pour le prédateur sexuel récidiviste

non

L’expert psychiatre le décrit comme une personne prenant même plaisir à l’agression
Condamné à 5 ans de prison ferme, le prédateur sexuel Kévin* n’a exprimé aucun remords. À Montmirail, c’est la consternation et la colère…

Pour comprendre l’affaire de ce prédateur sexuel, il n’y a pas besoin de remonter à bien loin.

Les derniers méfaits de l’homme condamné depuis ne remontent qu’au début du mois quand le lundi 1er novembre 2021, à Montmirail donc, il a tenté de violer une jeune fille âgée de 14 ans seulement.

Préméditation

Mais l’homme n’en est pas à son coup d’essai puisque le 17 août déjà il avait tenté de violer une employée d’une agence immobilière montmiraillaise.

Acte prémédité puisqu’il avait repéré sa victime sur une affichette publicitaire.

L’attirant sous de fausses raisons de vente d’un bien dans une ruelle, Kévin* tente alors d’agripper la jeune femme.

Elle ne doit son salut qu’à son courage et sa détermination à se libérer de l’étreinte du violeur.

Interrogé lors de l’audience, Kévin* n’exprime aucun remords.

Une mineure échappe de justesse à son agresseur

De même, le 1er novembre dernier, au skate Park de la ville, l’homme s’approche d’une jeune fille de 14 ans et tente, là encore, de l’immobiliser à l’aide de sa ceinture.

Ici encore, l’acte n’est pas sous une impulsion mais prémédité.

La jeune fille arrive cependant à se dégager et à se mettre en sécurité auprès d’amies et de passants.

L’homme, lui, prend la fuite.

Il n’échappera pas longtemps à la justice puisque les plaintes enregistrées par les autorités permettent son arrestation et sa présentation devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne.

« Il prend du plaisir dans l’agression »

Le rapport psychiatrique du prévenu permet de découvrir un homme dont les barrières morales sont déplacées.

L’expert psychiatre qui a rencontré l’homme le décrit comme une personne dénuée de compassion, ne tenant aucun compte des souffrances des autres et prenant même plaisir à l’agression.

Kévin* a aussi été décrit par l’expert comme étant un homme dangereux et on est en droit de redouter une réitération des méfaits voire une escalade dans les actes.

Pas de remords, pas de regrets

Les assistants au procès relèvent le manque de remords et de regrets chez cet homme froid.

Celui-ci s’abrite derrière une explication :

« Je n’étais pas moi-même, je n’étais pas bien dans ma tête. »

Explication qui ne satisfait cependant pas le président de la cour qui va appliquer la loi à la lettre et condamner le prévenu à la peine maximale de 5 ans de prison ferme jeudi 4 novembre 2021.

Le juge a également tenu compte de faits similaires s’étant déroulés à Paris en 2019 et pour lesquels l’homme a écopé d’une peine de prison avec sursis.

À Auxerre également, le prédateur sexuel a été condamné pour consultation de sites pédopornographiques.

En plus des 5 années d’emprisonnement augmentées d’un suivi sociojudiciaire de 5 ans, l’homme a été condamné à une obligation de soins.

Il avait 10 jours pour faire appel à compter de la date du jugement.

Il reste, en attendant, présumé innocent.

*Le prénom a été changé.

 

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp