Marske| Steeve McGowan, retrouvé mort, avait un lourd passé de pédocriminel à son actif

non

Le pédocriminel avait admis six accusations d’agressions sexuelles…
news-24
Steve McGowan, 47 ans, a été découvert mort à l’intérieur de sa maison à Marske. Son passé de pédocriminel avait été dévoilé sur facebook.

Un pédocriminel condamné a été retrouvé assassiné, à la suite d’un incendie, quelques semaines seulement après que des justiciers aient découvert son sombre passé de criminel.

Les fenêtres de McGowan ont été brisées jusqu’à six fois au cours des semaines qui ont précédé sa mort et les passants l’ont qualifié de « violeur ».

Les attaques des justiciers avaient fait du père de deux enfants un « reclus ».

L’homme qui témoigne de son exclusion a déclaré :

« Je ne sais pas comment c’est sorti, mais on a appris qu’il était un pédophile condamné et les gens ont commencé à l’appeler “nonce” (violeur)» .

« Il y avait des reportages sur Facebook quand il a été emprisonné et tout à coup, tout le monde a su ce qu’il avait fait, il a été démasqué ».

« Alors qu’il aimait discuter, il est devenu un reclus. Il n’a jamais quitté son appartement et je ne l’ai jamais vu même faire un signe de la main à travers la fenêtre. »

L’homme a déclaré que les voisins avaient été réveillés par un « bang » aux premières heures de mercredi, alors que la maison de McGowan prenait feu.

Tous pensaient qu’il avait lui-même mis le feu à sa maison car il en avait « marre des abus ». Mais la police a ensuite lancé une enquête pour meurtre.

Un homme de 25 ans arrêté pour suspicion de meurtre, puis a été libéré. L’enquête, quant à elle, se poursuit.

L’homme qui apporte son témoignage ajoute :

« Les gens disaient sur Facebook qu’il était un “nonce” et qu’il méritait ce qui lui était arrivé. Mais c’est vraiment dur. Malgré sn passé, il était le fils de quelqu’un ou le frère de quelqu’un… Sa mort n’est pas quelque chose à célébrer ».

McGowan a été initialement condamné à deux ans de prison en 2013 pour avoir pris, réalisé et détenu des photographies indécentes d’enfants.

Le pédocrimiel avait pris des photos sous une cloison de deux jeunes filles dans une cabine d’essayage d’une piscine locale à Stockton.

Après son incarcération, deux autres filles se sont manifestées pour révéler les maltraitances qu’elles avaient subies par McGowan lorsqu’elles étaient plus jeunes.

L’une a raconté, à Teesside Crown Court en 2014, comment le pédocriminel l’avait assommée avec de l’alcool et du cannabis avant de l’agresser sexuellement.

Les deux victimes adolescentes ont dit qu’elles souffraient d’anxiété, de crises de panique et n’osaoient plus sortir depuis les attaques.

Lorsque la police a perquisitionné son domicile, ils ont découvert 5 200 images d’abus d’enfants.

Après son arrestation, McGowan a donné des « explications ridicules » – affirmant qu’il dormait à ce moment-là et qu’il avait accidentellement touché une fille.

Il a été emprisonné pendant cinq années supplémentaires après avoir admis six accusations d’agressions sexuelles.

McGowan était également inscrit sur le fichier des auteurs d’infractions sexuelles. Il lui était également interdit d’avoir le moindre contact non surveillé avec des enfants de moins de 16 ans.

Lors de la détermination de la peine, George Moorhouse a déclaré :

« Il s’agissait d’infractions très, très graves, des infractions qui justifient pleinement une peine privative de liberté ».

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp