Gabon | Serge Mombo président de la ligue l’Estuaire suspecté d’abus sexuels sur mineurs

non

Le président d’une ligue de football gabonaise accusé d’abus sexuels sur mineurs
Le journal britannique The Guardian a publié ce mercredi 6 janvier 2021 une nouvelle enquête mettant en cause un officiel du football gabonais dans une affaire de pédocriminalité. Il s’agit de Serge Mombo.

Le sport gabonais est à nouveau dans la tourmente après les dernières révélations du journaliste indépendant Romain Molina et sa dernière enquête parue sur The Guardian. Une nouvelle affaire de pédocriminalité frappe le football au Gabon et met en cause le président de la Ligue de football de l’Estuaire, la province de la capitale Libreville.

Serge Mombo, le président de la Ligue de football de l’Estuaire, la province de la capitale Libreville, est accusé d’abus sexuels sur de jeunes joueurs mineurs, ainsi que d’avoir exigé des relations sexuelles comme condition pour obtenir des places dans les équipes nationales.

Cet ancien policier réélu à la tête de la ligue en juin dernier nie ces accusations, déclarant que les témoins chercheraient à “salir son image”.

Cette affaire et ces accusations sont en lien étroit avec la révélation précédente de Romain Molina concernant l’entraîneur de football Patrick Assoumou Eyi, en décembre dernier. Mombo est accusé d’avoir fourni directement des jeunes joueurs à Eyi, surnommé “Capello”, pour les abuser sexuellement. L’enquête révèle que deux autres entraîneurs gabonais sont accusés de tels actes, sans révéler leurs noms.

L’un des témoins raconte au Guardian que Mombo et Eyi travaillaient ensemble dans ces abus. Mombo participait aux voyages des jeunes sélections (moins de 17 ans) et exigeaient des rapports sexuels aux jeunes joueurs pour les garder en sélection. L’assistant de Patrick Eyi chez les moins de 17 ans en 2014, Brice Makaya a confirmé au Guardian que Mombo voyageait avec la sélection.

Un autre témoin parle de lui comme d’un “prédateur”, qui offrait de l’argent, des cadeaux et bien sûr une place en équipe nationale. Ce ne sont pas les seules affaires de pédocriminalité dans le monde du sport en Gabon révélées par la presse depuis ces dernières semaines.

Après le cas de Patrick Assoumou Eyi dans le football gabonais, c’était au tour du taekwondo de voir l’un de ses entraîneurs être lui aussi accusé d’agressions sexuelles présumées sur des centaines d’enfants. L’enquête menée par Mansour Loum et publiée sur SportNewsAfrica révèle les agissements d’un entraîneur, Martin Avera, connu au Gabon sous le pseudonyme de “Maître Chacka”.

Selon Romain Molina, Martin Avera était “un grand nom du taekwendo gabonais” qui a

“agressé sexuellement des enfants par la force depuis les années 90”.

Lui aussi essayait d’instaurer un rapport de confiance avec les enfants, puis

“il les attire chez lui et demande des faveurs. Ensuite, il utilise la force, la menace”,

a-t-il ajouté.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp