Caen | Un pédophile de 37 ans libre alors qu’il envoie des photos intimes à des mineurs

oui

Pédocriminel En liberté

Catégories :

Mots clés :

Il envoie des photos intimes à des mineurs
Image libre de droit
Un homme de 37 ans, qui envoyait des photos intimes à des ados, a été condamné, jeudi 10 juin 2021 à Caen (Calvados).

Entre 2015 et 2019, un trentenaire établissait des contacts avec des mineurs, particulièrement des garçons, par le biais de Facebook. Très vite, les échanges prenaient une tournure intime, l’individu envoyant des photos de son sexe et réclamant que l’ado en face autant.

C’est une plainte portée par l’un d’entre eux qui avait déclenché une enquête et a amené le pédophile de 37 ans devant le tribunal correctionnel de Caen (Calvados), jeudi 10 juin 2021, pour « importation, détention, diffusion, transmission d’images de mineurs à caractère pornographique » ainsi que pour « corruption de mineur par une personne mise en contact avec la victime par un réseau de communications électroniques ».

Repérés sur Facebook

L’enquête amène à deux perquisitions, l’une à son domicile, l’autre dans la chambre qu’il occupe régulièrement au domicile de ses parents, à Ouistreham. Y seront saisis et exploités : tablette, ordinateur, téléphone portable.

Si certains fichiers ont été effacés, il y demeure des messages et des photos à caractère sexuel adressés et parfois échangés avec des mineurs. À  un jeune de 15 ans dont il connait le père, il envoie des photos de son sexe en érection.

« J’ai eu une attirance, reconnaît-il, mais ce n’est pas pour ça que je serais passé à l’acte ».

Il le repère sur Facebook et tous deux engagent une forme de relation à distance, échangeant sur Messenger des photos de leur intimité. À un autre, le pédophile transmettra les photos intimes de sa première victime sans bien savoir pourquoi. Une jeune fille a droit également à ses « assiduités ».

« Je pensais qu’elle avait 18 ans »,

avance-t-il.

Consultation de sites pédopornographiques

À ces échanges, le trentenaire ajoute la consultation de sites pédopornographiques, mettant en scène de très jeunes enfants.

« Là, il ne s’agit plus d’ados »,

lui fait remarquer la présidente. Il prétend ne pas avoir voulu consulter ce genre de sites.

« J’ai juste voulu aller sur ceux parlant de sexe ».

Placé sous curatelle, toxicomane par le passé, il aurait été abusé sexuellement à 17 ans par son frère aîné et en garde de profondes séquelles psychologiques.

À l’occasion d’un emploi dans un établissement scolaire, il avait écopé d’un rappel à la loi, à la suite de la plainte d’un élève. Du point de vu psychiatrique, ne souffrant pas de trouble mental aliénant, il ne présenterait aucun danger, selon le rapport de l’expert.

Le procureur Pierre Vrinat n’accorde pas crédit à toutes les déclarations du prévenu :

“Certaines personnes aiment violer des enfants et s’ils postent leurs agissements c’est qu’il existe des gens qui sont spectateurs, c’est pour ça que ça fonctionne. Vous ne pouvez pas tomber dessus par hasard car lorsque vous consultez ce genre de site, des alertes se déclenchent et vous savez forcément que vous êtes dans l’illégalité.”

Pierre Vrinat, Procureur de la République à Caen.

Le pédophile a été condamné à 4 ans de suivi socio-judiciaire avec obligation de soins, de fixer sa résidence, de travailler et interdiction de côtoyer des mineurs dans une activité régulière. Il est inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp