Bordeaux| Victime de viols incestueux, la fillette est placée au domicile de son prédateur

non

Mélodie vit chez ceux qu’elle dénonce comme étant ses agresseurs !
Pour avoir voulu protéger son enfant en ne la remettant plus au père incestueux, cette mère s’est vue perdre la garde de sa fille, qui a été remise au père par la Juge aux affaires familiales.

victime de viol, Mélodie, 5 ans, réclame JUSTICE

Comme une bouteille à la mer, je lance cette cagnotte pour tenter d’obtenir des fonds pour payer les avocats qui vont défendre ma fille Mélodie victime de maltraitances et d’agressions sexuelles au domicile de son père.

Je tiens à m’excuser par avance pour les choses que vous allez lire car je sais que c’est extrêmement choquant mais j’ai besoin de l’aide de tous, même la plus petite somme versée sera une pierre qui me permettra de bâtir un mur de protection entre Mélodie et ceux qu’elle dénonce comme étant ses violeurs.

Voici l’histoire de ma fille Mélodie :

– J’ai vécu en union libre avec Monsieur P. pendant 4ans. De cette union est née Mélodie en 2014.

Cependant, à partir du 6ème mois de grossesse, j’ai eu à déplorer une modification du comportement de mon compagnon : alcoolémie excessive (+ 2 suspensions de permis) et violences physiques et verbales.

– Septembre 2016 : Suspicion de maltraitance sur Mélodie âgée de 2ans et demi.

Au retour de 15 jours de vacances chez son père, Mélodie manifeste des gestes d’autoprotection, elle était agressive et craintive et dit que son père :

« La tape, lui secoue la tête par les cheveux et les oreilles ».

Je dépose une main courante.

Il ressort d’un rapport d’enquête sociale rendu en Novembre 2016 (extrait du Pédopsychiatre qui s’est entretenu avec Monsieur P.).

« Celui-ci voue une telle haine envers la mère de son enfant, que c’est préjudiciable au bien-être de la petite Mélodie ».

L’enquêteur social note en conclusion qu’il serait préférable que l’enfant soit confié à la mère en garde classique.

Mélodie est alors 90% du temps chez moi mais malgrés cela ses comportements sont inquiétants et ce qu’elle dit avec ses mots de bébé nous perturbent mais j’essaie de ne pas me laisser gagner par la peur et décide de faire confiance au père.

– Avril 2018 : Suspicion de viol sur Mélodie, 4ans.

A la suite d’un weekend de pâques chez son père, Mélodie a fait des déclarations très inquiétantes à caractère sexuel au sujet de son père.

Elle parle de manière détaillée et affligeante de réalisme de fellation et autres attouchements prodigués par son père.

Une audition Mélanie a lieu et ma fille a réitéré ses propos en apportant des précisions et en faisant des démonstrations sur les poupées mises à disposition par les gendarmes. Elle mime la façon dont elle lèche le sexe de son père sur les poupées et dessine le sexe en érection en précisant qu’il est « tout dur » !

Un examen Gynécologique est à nouveau demandé mais elle a refusé farouchement cette exploration vécue certainement comme une nouvelle agression.

Il est noté en conclusion par le Dr du CAUVA :

« L’examen de la région ano-génitale n’a pas pu être réalisé en raison du refus de cette enfant qui s’est blottie dans les bras de sa mère et s’est débattue »

Juin 2018 : Classement sans suite à peine 2 mois seulement après les faits avec une instruction quasi absente.

Pourtant Mélodie s’est confiée spontanément à d’autres personnes qui ont fait des signalement au 119 mais les magistrats n’en tiennent pas compte !

– Janvier 2019, Mélodie me confie que les enfants de la nouvelle compagne de Monsieur P. la :

« Pourchassent dans sa chambre le soir après la douche, lui baissent le pantalon et lui touchent la zezette dans le trou ».

Voyant que depuis le début on ne me croit pas, j’enregistre les confessions de ma fille et essaye de la rassurer en l’incitant à demander assistance à son père (seul adulte présent au domicile).

Mélodie me répond :

« Mais Maman ! Papa fait la même chose ».

Puis elle me dit en pleurant qu’elle a « peur de se faire taper si elle raconte tout ça ».

Le commissariat de ma ville à refusé de prendre ma plainte, j’ai écrit directement auprès de Mme la Procureur de Bordeaux.Une instruction est en cours au parquet des mineurs de Bordeaux mais aucune mesure de protection de l’enfant n’a été mise en place.

– J’ai demandé de l’aide aux services sociaux, j’ai écris à tous les magistrats susceptibles de nous aider mais je n’ai obtenu aucune réponse !

Je l’ai amenée voir le pédiatre de l’hopital qui a fait un signalement, elle a vu un pédopsychiatre qui a fait un signalement, notre médecin de famille a fait un signalement mais rien ne s’est produit !

J’ai alors décidé de protéger mon enfant en refusant de la rendre au père mais la Juge aux affaires familiales a refusé de prendre en compte les enregistrements et l’audition de la salle mélanie et malgré l’instruction en cours elle a confié la garde complète au père sous prétexte que je ne respectais pas ses droits de père et que je voulais me faire justice moi-même !

Aujourd’hui je n’ai le droit de voir ma fille que 1h30/mois sous surveillance judiciaire éducative comme si j’avais commis les pires horreurs !

Malgré tous ces éléments inquiétants Mélodie vit chez ceux qu’elle dénonce comme étant ses agresseurs.

Le dernier détail qui montre bien à quel point on cherche à faire taire les mamans qui dénoncent l’inceste est que la procureur de ma ville (celui qui a l’audace de classer sans suite les déclarations de ma fille) et bien ce magistrat m’a mise en garde à vue toute une journée pour “non présentation d’enfant” et il me fait comparaitre prochainement au tribunal correctionnel où je risque 15 000€ d’amende et une peine de prison ferme.

–> Il y a les procédures devant le Juge des Enfants et devant le Juge aux affaires Familliales mais aussi la procédure pénale pour suivre l’enquête actuellement en cours auprès de la brigade des mineurs de Bordeaux et enfin la procédure dirigée contre moi où je risque une peine de prison.

Pour chaque procédure il est demandé 4 à 5000€ ce qui nous porte à près de 20 000€ de frais de justice.

J’ai emprunté déjà 10000€ à ma famille mais sans votre aide pour financer les frais de justice j’aurai des difficultés à continuer ce combat où souvent ceux sont les riches qui gagnent en épuisant les victimes physiquement, mentalement et financièrement.

Si chaque personne qui lit cet article dépose 2€ on y sera très vite…Si vous ne pouvez pas contribuer financièrement vous pouvez simplement partager le lien sur vos réseaux.

Merci d’avance pour votre soutien et votre bienveillance.

 

Pour avoir plus de détails sur l’affaire et lire l’interview dans son intégralité suivez ce lien : (interview réalisée par l’association EPAPI qui lutte contre la pédocriminalité)

 

S’il vous plait partagez cette cagnotte sur vos réseaux sociaux et auprès de vos amis. Cette affaire abjecte doit faire du bruit et doit remonter jusqu’au gouvernement afin que l’impunité des pédophiles cesse.

 

Merci infiniment à tous.

Justine M.

#stopimpunité #MeTooInceste #incest #JusticePourMelodie #viol #pédocriminalité

 

 

29 janvier 2021 :

Des nouvelles de noues près de 450 jours après mon dernier post…

c’est dur….1 an de plus dans cet enfer judiciaire et les violences sexuelles…plus que jamais nous avons besoin de votre soutien et de vos partages.

A l’automne 2020 il y a eu l’audience au tribunal correctionnel où j’étais mise en examen pour non représentation d’enfant. La procureur réclamait 5 mois de prison contre moi….et oui en France même lorsqu’il y a suspicion de danger sur l’enfant on nous demande de remettre l’enfant au parent agresseur…donc j’étais coupable d’avoir crue ma fille qui dénonçait des agressions incestueuses au domicile de son père…

En France, chaque année, c’est des dizaines de mères qui sont condamnées à de la prison avec surcis et même du ferme pour non représentation d’enfant.

Leur cri de douleur est ignoré par la justice et l’enfant est délibérément laissé en garde chez l’agresseur.

Avec les récentes affaires d’inceste il y a peut-être un changement de regard qui a permis à mon affaire de prendre un nouveau tournant ! En effet, la juge du tribunal correctionnel a estimé que j’avais de nombreux éléments qui justifiait mon acte de non représentation d’enfant et elle m’a accordé une RELAXE totale ce qui rend légitime mes demandes de protection de ma fille.

La prochaine étape se situe au niveau de la cours d’appel à la chambre des familles qui, j’espère, va enfin prendre en considération tous les éléments et prendre les mesures adaptées pour sortir ma fille de cet enfer de l’inceste.

Toute mes proches prient pour un retour prochain de Mélodie à mon domicile.

 

Merci à tous pour votre soutien.Si on tient dans ce combat inégal c’est grâce à chacun d’entre vous.

Justine M.

 

Le 6 décembre 2019 :

Bonjour à tous,

Grâce à l’energie que vous m’avez donné par vos messages et contributions j’ai eu la force d’ouvrir un compte twitter pour parler de ce qu’il nous arrive et demander de l’aide.

Si vous avez un compte twitter abonnez-vous à mon compte pour donner de la puissance à mes tweets :

C’est donc grâce à votre soutien à tous que j’ai enfin trouvé un avocat : il s’agit de Maître BOVIS Pierre-Henri et Maître RAULT Françoise.

C’est Maître BOVIS qui a vu mes appels au secours sur twitter et qui a eu l’aimable démarche de me proposer son aide.

Tous deux, en étroite collaboration sur mon dossier ils utilisent leur compétences communes pour essayer de me sortir de là en ce mettant immédiatement au travail. C’est tellement rassurant d’avoir des avocats dans l’action pour une fois !

Nous avons signé le contrat lundi soir et ils ont déjà mis des choses en place sans que je ne verse aucune provision c’est pour dire à quel point ils sont humains et professionnels. Vous ne pouvez pas savoir à quel point cela me réchauffe le coeur de tomber sur eux….

Ceci dit je me dois de tenir mes engagements deversement de provision afin de compenser les frais qu’ils sont déjà en train d’engager pour moi c’est pourquoi je vais retirer les 1500€ obtenus sur la cagnotte pour les leur verser.

J’espère que la cagnotte sera encore alimentée par de généreux contributeurs car il y a encore des sommes à verser pour répondre aux engagaments liés aux trois procédures en cours.

Surtout chers contributeurs sachez que de mon point de vue la générosité est établie dès le 1er €uro versé. Chaque somme est pour moi une possibilité d’établir un rempart entre ma fille et ses agresseurs.

 

Merci à tous pour votre soutien.

Justine.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp