Montbéliard [ Un homme, parrain, condamné à 6 ans de prison pour avoir abusé de 4 garçons

non

Un Montbéliardais condamné à 6 ans de prison pour agressions sexuelles sur 4 garçons mineurs
Photo d'illustration
Reconnu coupable d’agressions sexuelles en récidive sur quatre mineurs, un Montbéliardais de 54 ans a été condamné à 6 ans de prison par le tribunal correctionnel de Belfort ce mercredi 3 mars.

Un Montbéliardais de 54 ans a été condamné à 6 ans de prison par le tribunal correctionnel de Belfort ce mercredi 3 mars. Il était jugé pour avoir agressé sexuellement 4 garçons entre 1999 et 2015, en récidive, puisqu’il avait déjà été condamné en 1997 pour le même type de faits. Il était également jugé pour la consultation de sites pédopornographiques.

Un parrain et ami de la famille

Les 4 victimes étaient des enfants, âgés entre 6 et 14 ans au moment des faits, répétés sur plusieurs années. Ces garçons étaient proches du prévenu, soit parce qu’il était leur parrain, soit parce qu’il était un ami ou un collègue de la famille.

Lors de soirées, de weekends, ou de vacances, où se sont produits des attouchements. Il arrivait au prévenu de se retrouver dans un lit avec certaines des victimes, ou d’accompagner sous la douche une autre, et leur faisait une fellation ou leur demandait de le masturber.

Sur le banc des victimes, les garçons sont aujourd’hui devenu de jeunes hommes, âgés d’une vingtaine d’années. Seuls deux sont présents lors de l’audience.

L’un est effondré, en pleurs. Victime des agressions sexuelles entre ses 6 et ses 8 ans, il n’a porté plainte qu’à ses 22 ans, après avoir tenté de se suicider, puis avoir été interné quelques mois en hôpital psychiatrique. L’autre homme assis sur le banc des victimes lui, est en colère : “pour moi c’est un monstre” lâche-t-il devant les juges, les bras croisés.

Un prévenu déviant

A la barre, le prévenu est hésitant et imprécis. Il reconnaît s’être retrouvé dans un lit ou sous la douche avec ces garçons. Mais il nie les gestes et les attouchements.

Il nie aussi la visite de sites pédopornographiques retrouvés dans son ordinateur. Et quand la présidente l’interroge sur la récidive, sur le fait que la justice l’avait déjà prévenu une première fois, il ne sait pas quoi répondre.

L’expert psychologue qui le suit avait conclu à une maladie déviante et une immaturité sexuelle.

“Il m’a dit qu’à l’intérieur, il avait encore douze ans”

lâche le prévenu, aujourd’hui prêt à entamer une démarche de castration chimique.

Reconnu coupable d’agressions sexuelles en récidive, le prévenu a été conduit immédiatement en prison à sa sortie d’audience. Une peine assortie d’obligations de soins et d’une interdiction de toute activité impliquant un contact avec des mineurs. Il est par ailleurs inscrit au fichier des délinquants sexuels et doit également verser en tout 18 300 euros de réparation à l’ensemble des victimes.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp