Regard détourné sur la maltraitance des enfants | “whistleblowers” averti le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn

Regard détourné sur la maltraitance des enfants | “whistleblowers” averti le leader du parti travailliste Jeremy Corbyn qui ne fait rien contre des pédophiles qui chassent des enfants devant sa porte

2b0042e300000578-3181783-image-a-22_1438378790911-5429526
Demetrious Panton est un survivant de la violence
  • Les travailleurs sociaux ont averti Corbyn que la maltraitance envers les enfants était répandu dans sa circonscription électorale de Islington en 1992.

  • “Nous avions vu tant de jeunes de 12 à 15 ans qui ont été victimes d’exploitation sexuelle que nous pouvions à peine le croire”.

  • Corbyn n’a jamais écrit à Davies, ou a téléphoné, reconnaître leur réunion, ou la remercier pour chercher à dénoncer.

 

2b0042dd00000578-3181783-image-m-14_1438378525932-6604614
En 1992 , les travailleurs sociaux ont dit à Jeremy Corbyn (photo de cette année ) que la maltraitance organisée sévissait dans sa circonscription Islington

À son bureau de circonscription électorale au nord de Londres, le député travailliste Jeremy Corbyn s’assoit à une réunion planifiée avec cinq travailleurs sociaux très inquiets.

Ses visiteurs ce jour là en 1992 comprenaient quatre employés actuels ou récents de Conseil Islington, le quartier Londonien où la circonscription de Corbyn est situé.
Leur travail est de presever certains de ses enfants les plus pauvres et les plus vulnérables.

À cette fin, ils veulent partager quelques nouvelles profondément troublantes avec le député local.
Pendant quelque temps, les travailleurs sociaux disent à Corbyn, qu’un flux quasi constant de jeunes drogués, souffrant de la faim, en détresse et souvent larmoyants sont arrivés à leurs bureaux chaque jour en présentant des signes d’abus sexuels révélateurs.

Nombreux sont les résidents des foyers pour enfants de Conseil Islington, où ils semblent avoir été violés et agressés par le personnel et des visiteurs.

Certains passent du temps dans un appartement tout près appelé ‘la Maison Chaude’, qui semble fonctionner  comme un bordel d’enfant.
Quelques-uns montrent aussi les signes d’être victime de la traite d’enfant autour de Londres, les Comtés Domestiques et même à l’étranger par des réseaux organisés de pédophilie.

Les travailleurs sociaux disent à Corbyn qu’ils sont récemment arrivés à la conclusion qu une organisation de maltraitance  des enfants se produit dans Islington à une échelle alarmante.

Liz Davies, l’un des cinq travailleurs sociaux, s’est rappelée cette semaine :
“Nous avions vu tant de jeunes de 12 à 15 ans qui ont été victimes d’exploitation sexuelle que nous pouvions à peine le croire”

‘Ces enfants font la queue devant nos bureaux à 9h pour demander de l’aide.
La majeure partie d’entre eux avait évidemment été debout toute la nuit.
Nous avons découvert qu’ils étaient conduits dans tout le pays dans des fougons.

‘Je pourrais personnellement identifié au moins 61 victimes d’abus potentiels dans notre petite lopin d’Islington.’

L’échelle du problème suggéré à Davies et ses collègues est que les organisations de pédophiles visaient des jeunes, chaque nuit, à travers la ville.

Les faits étaient encore pires au sein des foyers pour enfant, elle a informé Corbyn, où même des délinquants pédophiles connus ont semblé être capables de commettre des crimes en toute impunité, parfois passant la nuit dans ces foyers, avec le consentement de employés de la circonscription.

“Pendant un moment, j’avais mis des enfants vulnérables dans les foyers d’Islington pour être protégés, ‘dit-elle.’ Cela m’a pris quelque temps pour me rendre compte que c’était le pire endroit possible, parce qu’ils étaient abusés là, aussi.’

Les faits semblaient si grave, plus tôt cette année, Davies et un assistant social qui s’appelle David Cofie ont essayé de dénoncer à Margaret Hodge, le leader de ce temps-là de La municipalité d’Islington qui est devenue un député travailliste.
Ils ont été stupéfait de voir que leurs inquiétudes ont été ignoré par celle-ci.
Davies et plusieurs collègues – incluant Neville Mighty, un directeur de foyer pour enfants et un assistant social appelé Celia Stubbs – avaient donc prévu une réunion avec Corbyn dans une tentative de le persuader de prendre la question au sérieux.

Ce jour-là en 1992, ils lui ont tout dit tristement, dit Davies.

‘Nous étions dans son bureau pendant plus d’une heure.
Nous avons partagé toutes nos préoccupations, y compris nos craintes que les enfants du coin qui avaient été assassinés par des malfaiteurs.’

Corbyn a écouté poliment.
“Il a répondu qu’il avait entendu des choses semblables de la part d’autres individus et avait promis de faire quelque chose, commençant par parler à Virginia Bottomley, le Secrétaire de la Santé” dit Davies.

“Nous étions heureux de sa réaction.
Je dirais que nous avions tous quitté la pièce avec un sentiment d’encouragement.”
Mais pas pour longtemps.
Des jours avant que Davies n’ait arrangé cette rencontre avec Corbyn, le journal London Evening standard a publié des allégations sensationnelles quant à l’abus répandu d’enfants vulnérables dans Islington.

Dans les semaines, des mois et les années qui ont suivi, ces allégations feraient boule de neige dans un scandale public majeur.

Les travailleurs sociaux ont essayé de dénoncer à Margaret Hodge, le leader de ce temps-là de la municipalité
d’Islington qui est devenue un député travailliste.
Hodge (ci-dessous, en 1993) a ignoré leurs préoccupations

0005f8be00000c1d-3181783-image-m-25_1438379101234-2532162
Les travailleurs sociaux ont tenté d’interpeler Margaret Hodge , alors chef du Conseil Islington qui est devenue une éminente députée travailliste . Hodge ( ci-dessus , en 1993 ) a ignoré leurs préoccupations

Il est apparu, pendant ce temps, que les pédophiles avaient pu systématiquement violer et abuser de beaucoup de garçons et filles vulnérables dans la ville pendant les années soixante-dix et les années quatre-vingt, infiltrant en même temps les 12 foyers d’enfant.

La municipalité du parti travailliste avait, en attendant, les deux facilité l’abus en employant des pédophiles connus et avait effrontément essayé de le dissimuler, déchiquetant des documents cruciaux et renvoyant des reportages dans les médias ultérieurs du scandale comme ‘la presse à scandale’.

Le personnel qui a soulevé des problèmes a été accusé de racisme, d’homophobie et ont souvent perdu leurs emplois.
Certains, y compris Liz Davies et Neville Mighty, ont reçu des menaces de mort.

Presque 30 salariés de la municipalité accusés de crimes pédophiles ont été autorisés à partir en préretraite (avec des pensions généreuses) au lieu d’être soumis aux enquêtes formelles ou remis aux mains de la justice.

Comme cette saga révoltante s’est déroulée, Davies et ses collègues s’attendaient à ce que Corbyn commence à exiger que quelque chose soit fait à ce sujet.

Il avait, après tout,son franc parlé d’homme de Gauche.
Et, grâce  à leur briefing, il avait exposé le détail de l’échelle du scandale.

Sûrement, ils ont pensé, Corbyn n’abandonnerait donc jamais de protéger les enfants vulnérables d’Islington et amener les violeurs, les pédophiles et des meurtriers présumés devant la justice

Du moins ils l’ont espéré.
Mais, dans ce cas, Davies et ses travailleurs sociaux pairs seraient extrêmement déçus.

Corbyn n’a jamais ni écrit ni téléphoné à Davies, pour la prise en compte de leur réunion, ou la remercier pour avoir lancer le sujet.

“Après cette réunion, nous n’avons jamais entendu une autre chose” se rappelle Davies.
“Il n’y avait aucune lettre”.
Aucun appel téléphonique.
Je n’ai jamais vu qu’il en a parlé.

En fait, quand j’ai vu Jeremy ensuite, parfois des années plus tard à la manifestation “Arrêter la Guerre” et aux événements comme ça, je lui monterais toujours et dirais: “ce scandale est toujours d’actualité, Jeremy.”
Il a été poli, mais il n’a jamais semblé faire quoi que ce soit. ‘

En effet, 23 ans plus tard, Liz Davies doit encore voir les sentiments de Corbyn ce qu’elle considère comme une colère insuffisante, ni de regret, sur le scandale d’abus d’Islington, ou pour critiquer publiquement les nombreux politiciens locaux, les employés de la municipalité et les alliés politiques qui ont laissé se produire ces choses la.

Ceci semble fortement pertinent étant donné que Corbyn est en campagne électoral pour la présidence du parti travailliste, au moment où les révélations d’abus historiques vont faire l’objet d’une enquête publique majeure.

En effet, la question de ce que Jeremy Corbyn a fait, ou n’a pas fait, quand le scandale tristement célèbre des abus sexuels d’enfants a frappé sa circonscription électorale du nord d’Islington il y a toutes ces années, est devenu maintenant un sujet de conversation dans l’élection du chef de parti actuelle.

Le député travailliste John Mann a publié une lettre ouverte l’accusant de “ne  rien faire” “pour empêcher les abus” Votre inaction dans les années 1980 et les années 1990 en disent beaucoup – pas de votre caractère personnel, que j’admire, mais de votre politique, que je n’admire pas, a écrit Mann, ajoutant que les antécédents de l’Homme de gauche sur la question font qu’il devient “inopportun” pour lui maintenant de devenir le chef de parti.

Mann a indiqué aussi que, dans un incident différent en 1986, Corbyn a attaquer le député conservateur Geoffrey Dickens pour attirer l’attention publique sur l’existence présumée d’un bordel d’enfant sur le lotissement d’Islington Elthorne.

Après que Dickens – qui a été convaincu qu’il y avait une conspiration pour dissimuler les abus pédophiles répandu dans des cercles politiques et les services de sécurité – avaient suscité la crainte d’un raquette de la prostitution d’enfant opérant la-bas, Corbyn a utilisé un journal local pour accuser le député membre du parti Tory “d’obtenir de la publicité bon marché à la charge des enfants innocents”.

Alors il s’est plaint officiellement au porte parole du Commons de la visite de Dickens dans la circonscription électorale sans l’avoir informé au préalable, disant que ces actions sont ‘irresponsables’.

1bca466c00000578-3181783-image-a-26_1438379586677-6911349
Le Paedophile Information Exchange (PIE) était populaire à l’époque du scandale des abus d’Islington . Le groupe de pression a statué que les pédophiles « aimaient » les enfants et ont voulu les libérer sexuellement . On a accordé au PIE le statut de « société affiliée » au sein du Conseil National pour les Libertés Civiles . À l’époque, l’ NCCL était dirigé par Patricia Hewitt (à gauche ) , le futur ministre de Blair , avec Harriet Harman (à droite) , chef intérimaire actuel du Parti travailliste , et son mari Jack Dromey ( centre) , également maintenant un député travailliste

Avec ces incidents en mémoire, Mann a soutenu que Corbyn avait “accidentellement aidé le dénie et le camouflage” d’abus et était donc peu crédible pour mener le parti travailliste.

C’est une forte revendicatrice.
Donc c’était peut-être pas étonnent que, en réponse à la lettre, le camp de Corbyn devrait publier une déclaration disant que les commentaires de Mann ont marqué un nouveau “coup bas” dans la mauvaise humeur de la campagne électoral.
La déclaration, publiée au cours des dix derniers jours, a formellement nié, entre autres, qu’il a fermé les yeux sur le scandale d’Islington.
Le communiqué dit : “Jeremy Corbyn a un long histoire de défense pour ses administrés.”
Il a missionné une enquête indépendante sur l’abus envers les enfants dans Islington et il est resté ferme sur le sujet depuis.
Cette réponse a attisé les charges portées par Mann et les jours qui a suivi, Corbyn s’est trouvé propulsé au statut de grand favori dans la course de leadership, après avoir reçu des approbations importantes de syndicats majeurs.

Mais Mann soutient ses allégations.
Avec le problème non résolue et comme la campagne des travaillistes entre dans ses semaines finales, la crédibilité d’une grande partie de Corbyn semblerait maintenant reposer sur deux questions importantes.

D’abord: Corbyn a-t-il vraiment appelé à une enquête dans le scandale d’Islington au début des Années quatre-vingt-dix, comme il revendique maintenant?
Et, deuxièmement, a t il fait  en effet, comme il revendique de nouveau, prendre “une position forte” sur les allégations des abus envers enfant dans sa ville?

Sur la première question, les choses apparaîtraient, au mieux peu claires.

Liz Davies ne peut certainement pas se le rappeler disant quoi que ce soit de cette nature.
Et le journal “the Mail” n”a pas pu trouver de coupures de presse, des enregistrements des déclarations publiques, ou des extraits dans le journal officiel, dans lequel il fait de tels revendications.

Tout ce qui peut être trouvé est une seule citation, courte qu’il a donnée au journal “Evening standard” deux ou trois jours après que le scandale est éclatée, a t il commenté: “ces allégations sont extrêmement sérieuses et doivent être correctement examinées.”

Constitue-t-il l’appel à une enquête?
Jusqu’à un certain point, peut-être.
Mais il fournit à peine la preuve qu’il a fait une campagne implacablement sur le sujet, comme Davies et des dénonciateurs auraient espéré qu’il fasse.

Cela semble étrange.
Après tout, Corbyn, n’a jamais peur d’habitude de faire des révendications sur des questions qu’il considère importante, ou d’exiger des enquêtes publiques pour des choses considérées comme scandaleuses dans des cercles de Gauche.
De telles interventions passent rarement sans gagner une certaine forme d’attention publique.

Au fil des ans, il a été mentionné dans la presse un appel aux enquêtes sur des douzaines d’incidents, de “Bloody sunday”, aux Guerres d’Irak et d’Afghanistan, à la mort mystérieuse en 1984 de protestataire antinucléaire Hilda Murrell, au appel d’offre pour des lignes de bus par Islington.

Cependant, de son appel présumé à une enquête sur le scandale d’abus sexuel d’Islington de la plus haute importance, il semble n’y avoir aucune trace.

Un porte-parole de Corbyn n’a pas pu identifier, quand il a demandé cette semaine, où et  quand il pourrait avoir fait un tel appel, et où un rapport pourrait se trouver maintenant.
Cependant, sa campagne insiste sur leur récentes déclarations précises et nous devons, bien sûr, les prendre à leur mot.

Alors il y a la question si Corbyn, avec les vigoureuses réclamations actuelles, a t il vraiment pris “une position forte” quand cela a été présenté avec les détails du scandale d’abus d’Islington en 1992.

[Corbyn] était poli , mais ne semblait jamais rien faire

Liz Davies croit autrement.
Et alors au moins deux autres personnes qui ont essayé d’en apporter les aspects importants à l’attention de Corbyn à l’époque.
Une est Eileen Fairweather, le journaliste qui a publié les premiers articles du scandale d’Islington dans le journal “Evening standard” en octobre cette année.

Elle, comme Davies avant elle, a aussi eu une réunion avec Corbyn à ce moment la en l’informant de la réalité des abus envers les enfants et a apporté en détails comment les enfants souffraient.

De nouveau, comme Davies, elle dit que le député a écouté poliment, mais n’a jamais écrit, ou a appelé, après la réunion, l’a remercié et a répondu à ses réclamations avec “l’inaction”.

L’autre est Demetrious Panton, un survivant d’abus qui a dit à Corbyn que en août 1992 de très mauvaises choses lui était arrivé ‘ quand il avait vécu dans un foyer d’Islington  plusieurs années plus tôt.

Quoiqu’il n’ait jamais détaillé sur ce que ces “mauvaises choses” étaient, ou a divulgué à Corbyn qu’il avait été sexuellement abusé, Panton a été consterné au cours des années suivantes par ce qu’il considère comme le silence de Corbyn sur le scandale.

Leurs deux réclamations seront considérées plus en détail plus tard.
Tout d’abord, voila le contexte:

Le scandale d’abus d’Islington a ses racines dans la croyance extraordinaire, populaire dans des cercles progressifs pendant les Années soixante et les Années soixante-dix, que les pédophiles étaient simplement une minorité opprimée, “qui a aimé” des enfants et a voulu les libérer sexuellement.

Avancer cet argument dénué de moralité était l’Échange d’informations de Pédophile [PIE], un groupe de pression qui a fait campagne pour “les droits” de délinquants sexuels prédateurs et l’abolition de l’âge de consentement et qui a été de façon controversée accordé “au statut” de ‘filiale dans le Conseil national pour des Libertés civiques (NCCL}, un groupe de pression qui est devenu la Liberté.

À ce moment la, le NCCL était dirigée par Patricia Hewitt, la future ministre Blairiste, avec Harriet Harman, le leader agissant actuel du parti travailliste et son mari Jack Dromey, aussi actuellement un député travailliste.

15b2b524000005dc-3181783-image-a-27_1438380116933-9637503
Le fondateur du PIE , Peter Righton ( ci-dessus) – un travailleur social éminent plus tard poursuivis pour l’importation de pornographie juvénile de Hollande – a été chargé de cours de formation sur lequel le personnel du Conseil a appris comment prendre soin d’ enfants vulnérables . Righton , qui avait un appartement dans l’arrondissement ( comme l’a fait un des membre clé du PIE , son ami Morris Fraser) se vantait : “Chaque gestionnaire de la maison de soins Islington sait que je l’aime garçons de 12 ans”

Un membre du cadre de NCCL dirigeant était un avocat appelé Henry Hodge.
Sa femme était Margaret, la responsable syndical d’Islington quand le scandale s’est d’abord déroulé.
Mme Hewitt a depuis fait des excuses pour ses transactions avec la “PIE”, cependant Harman et Dromey insistent qu’il n’ont pas à dire  désolé.

Dans les Années quatre-vingt, la propagande de “PIE”, avec le dogme de justesse politique, était devenue si retranchée dans le mode opératoire de conseils de Gauche que, dans certains d’entre eux, les délinquants sexuels ont pu opérer avec l’impunité virtuelle.

Donc il était dans la direction du parti travailliste d’ Islington, où l’élite politique a considéré que celui qui a essayé de dénoncer les crimes pédophilies était motivé par l’homophobie, et où les pédophiles se faisant passer pour des hommes homosexuels étaient par habitude autorisés à  passer la nuit dans les pièces des résidents vulnérables de foyers d’enfant.

Les plaintes d’abus ont été systématiquement ranger sous le tapis par les officiels qui ont semblé donner plus de poids aux droits de l’homme prétendus de pédophiles que ceux d’enfants.

Le fondateur de la “PIE”, Peter Righton – un assistant social s’est vu plus tard poursuivi pour importer la pornographie d’enfant de la Hollande – a été chargé des cours de formation sur lesquels le personnel a appris à prendre d’enfants vulnérables.

Righton, qui avait un appartement dans la ville (tout comme le membre clé ancien de la “PIE”, son ami Morris Fraser) une fois s’est vanté: “chaque directeur de foyer d’Islington sait que j’aime les garçons de 12 ans.”

Sous les règles d’égalité des chances alors branchées de la municipalité  Islington, les salariés qui se sont déclarés homosexuel, ou qui est venu d’une minorité ethnique, ont été employé en priorité avant des concurrents et exemptés aussi des vérifications des antécédents juridiques qui ont étaient censées empêcher que des pédophiles travaillent avec des enfants.

Cela explique comment Michael Taylor, un directeur de foyer d’Islington a exposé dans un procès postérieur comme un membre de “PIE”, a été mis aux responsabilités de plusieurs foyers dans lesquelles des abus sont arrivés.
Il a été plus tard emprisonné pendant quatre ans pour abus d’enfants vulnérables.

Il explique aussi comment des assistants sociaux ont dit, comme à Liz Davies, par leurs supérieurs, que les enfants vulnérables placés dans des familles d’accueil avaient rapporté des suspensions d’abus, un fait qui a finalement incité Davies à démissionner de son travail.

Mais nous nous éloignons.
Car quand le scandale éclate, en octobre 1992, la municipalité d’Islington a répondu par un affichage classique de démenti.

Margaret Hodge a accusé Eileen Fairweather “de presse à scandale”, a dit que les réclamations d’abus étaient fausses et ont revendiqué, à tort, que les victimes présumées avaient été payées pour des entretiens.

Il aura fallut attendre plus de 10 ans avant que Hodge n’ait fait des excuses pour les calomnies, revendiquant elle l’avait publié après avoir été trompé par les membres anonymes du personnel.

En attendant, le scandale a mis le député local gauche de  Jeremy Corbyn dans une position très délicate.

La confession d’un Marxiste, qui avant d’entrer dans le Parlement a été ‘un organisateur’ à plein temps pour l’Union nationale des Fonctionnaires, qui ont représenté le personnel de mairie, ne voualient pas seulement offenser de tels alliés politiques comme Hodge, Hewitt, Dromey et Harman en disant cela.
Il pourrait aussi offenser et compromettre des camarades dans le mouvement syndical.

Beaucoup d’associés politiques proches de Corbyn ont été aussi impliqués dans la controverse, y compris Derek Sawyer, son agent, qui est devenu le leader de la circonscription d’Islington après que Hodge a avancé en 1992.

Avec ceci en mémoire, peut-être l’option la plus facile pour Corbyn aurait été de rester en grande partie silencieux. Est ce le chemin qu’il a choisi?

Demetrious Panton pense cela.
Maintenant un avocat réputé, a passé une grande partie des 20 dernières années à l’organisation d’une campagne pour la justice des victimes de mauvais traitements envers les enfant, beaucoup de ce qui étaient des administrés de Corbyn et il dit qu’il n’a aucun souvenir du député “faisant n’importe quels commentaires publics.

“C’était malgré le fait qu’un scandale majeur de mauvais traitements envers les enfant avait eu lieu dans sa circonscription électorale, a commenté Panton.”

“Je suis conscient que M. Corbyn est un militant actif de la protection des droits de l’homme de toutes les catégories de gens, y compris ceux qui n’ont jamais été ses administrés.”

“Je ne suis pas sur qu’il ait jamais déployé son ardeur évidente et ses efforts afin d’assurer que les droits de l’homme de ses administrés qui ont été abusés tandis que dans le soin de la ville de Londres d’Islington”

C’était au début de l’année 1993 au moment où Corbyn a rencontré Eileen Fairweather, consentant à la voir dans le Palais de Westminster pour discuter du scandale.

Un vétéran du parti de  gauch, qui avait précédemment travaillé pour le magazine féminin “Spare Rib”, elle tenait beaucoup à le rassurer sur les révélations d’abus d’Islington qui n’étaient pas, comme Margaret Hodge avait suggéré, des calomnies du partie de Droite.

“Nous sommes allé dans une cafétéria et nous nous sommes assis dans un coin calme avec nos dos contre un mur”,  se rappelle-t-elle.
Je lui ai dit toute l’histoire avec les preuves, pièce par pièce.

“Il était parfaitement agréable.
Très cordial.
J’ai vraiment pensé que j’arrivais à quelque chose.
Il m’a donné l’impression qu’il a pris au sérieux tout cela et a dit qu’il partirait et se renseignerait.”

Comme Davies, Panton et plusieurs d’autres avant eux, elle finirait aussi douloureusement déçu.

C’était le dernier moment où j’ai reçu des nouvelles de lui, dit-elle.
Il a jamais écrit, jamais appelé et n’en a jamais parlé en public.
Je lui ai téléphoné quelque temps plus tard et ai été traité sans ménagement.

“Ma meilleure suggestion est, franchement et je suis triste de le dire, est qu’il a manqué de force et la perspicacité. Qu’il soit trop confiant, ou se soit laissé prendre aux mensonges, ou n’a pas voulu faire de remous et gêner des personne. Je pense que ce qu’il a fait, malheureusement, c’était juste se cacher.”

Puis Fairweather dit: il y a un vieux proverbe qui s’applique au scandale d’Islington – “tout ce qu’il faut pour que le mal se propage est que l’homme respectable ne fasse rien”.

Comme Jeremy Corbyn monte une tentative audacieuse de saisir le contrôle tant dans son parti et le pays, au moins une des questions qu’il devra maintenant sûrement répondre est ceci: quand les dénonciateurs lui ont dit à propos des abus systématique d’enfants vulnérables dans sa circonscription électorale, qu’a t il, en toute honnêteté, fait en réalité?

Traduction de l’article du DailyMail du 31 juillet 2015

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp