Non consentement | Le gouvernement capitule avant même d’avoir commencé le “combat” parlementaire…

Le quotidien très controversé sur les sujets de pédophilie, Libération, nous apprends quelques éléments contenus dans le projet de loi du gouvernement qui sera présenté le 21 mars au conseil des ministres, notamment sur le non-consentement.

En effet, le diable étant toujours dans les détails, l’automaticité de la reconnaissance d’une part du viol pour une pénétration sexuelle entre un majeur et un mineur de 15 ans et d’autre part de l’agression sexuelle pour les actes d’abus sexuels sur mineurs de 15 ans sans pénétration, est déjà mis à mal par un “ajout” au projet de loi du gouvernement qui ouvre la porte à toutes les fenêtres, jugez plutôt :

Le texte initial que Libération a pu consulter prévoyait donc que :

«tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur un mineur de 15 ans par un majeur» constituerait un viol

«lorsque l’auteur connaissait ou ne pouvait ignorer l’âge de la victime».

On remarquera déjà qu’a priori le texte ne tient compte que du viol et pas de la requalification automatique d’atteinte sexuelle en agression sexuelle alors que ces actes sont deux fois plus nombreux.

Une analyse complète du texte du projet de loi sera réalisée dès qu’il sera publié.

Puis la petite condition bien dégueulasse qui peut très facilement ne pas être remplie dans le monde réel, la préconnaissance de l’âge de la victime par l’agresseur.

Évidemment le pédocriminel (hors aveux qui sont très rares) ne va pas avouer qu’il savait l’âge de la victime…

Les pédocriminels ne sont pour la plupart ni fous, ni idiots mais plutôt très manipulateur et pervers arrivant donc à tromper “son monde” pendant longtemps.

Un pantalon moulant, un smartphone suffira à justifier qu’il croyait qu’elle avait 16 ans et pas 10 ans…

Donc ce sera à la mineure de devoir prouver qu’il savait son âge.

On imagine mal la gamine sur le point de se faire violer (donc terrifiée) par un adulte plus fort physiquement et plus habile mentalement déclarer spontanément:

“Attention messieurs, hein, j’ai 12 ans et vous ne pouvez pas l’ignorer”

Évidemment la gamine ne sera jamais amenée par le pédo à parler de son âge.

Dans l’immense majorité des cas de toute façon il n’y a évidemment pas de témoins (sinon il se ferait prendre en flagrant délit) et c’est parole contre parole…

Depuis Outreau on sait ce que la parole d’un enfant vaut, aux yeux d’un magistrat, face à celle d’un adulte! (Voir nos comptes rendus d’Outreau : lien ici).

Bref, en douce le gouvernement a déjà complètement capitulé et vidé de son sens le projet de loi sur le non consentement qui ne sera donc plus “automatique” et qui ne sera même plus applicable dans une grande proportion de cas puisque le pédo pourra toujours dire qu’il ne savait pas l’âge de la victime.

Évidemment cet argument de l’ignorance de l’âge de la gamine reste tout de même difficilement “crédible” dans les cas d’inceste, d’ami de la famille, de beau-père, de structure où on sait l’âge des enfants (association sportive, centre aéré, éducation nationale, foyer d’accueil, famille d’accueil) ou encore d’enfant qui “visiblement” n’ont pas 15 ans.

D’ailleurs comment détermine-t-on le fait de ne “visiblement pas être âgée de 15 ans” messieurs les juges ?

Sur la taille des seins ? Les vêtements que porte la gamine le jour du procès ? Les photos du compte Facebook ?

Avec l’hypersexualisation des enfants il suffit d’aller devant une école où un collège pour voir des fillettes (en âge mental) habillées en prostituées parce que “c’est trop SWAG”, que l’apparence de “l’idole des jeunes” (chanteuse américaine) que présente les médias est aujourd’hui calquée sur celle de l’actrice porno (ex: Miley Cyrus).

Bref on se moque des citoyens et de la protection de nos enfants, ça laisse présager des amendements bien gratinés de la part du lobby pédophile!

Eux savent qu’ils ont déjà gagné la guerre avant d’avoir commencer la bataille.

En même temps que pouvait-on raisonnablement espérer d’un président qui à 15 ans avait une relation avec sa professeur de 39 ans.

Sensibilisez vos députés et sénateurs en allant les rencontrer lors de leur permanence (parlez leur en tant que parents).

Regardez les séances parlementaires qui auront lieu sur le sujet, faites du buzz sur cette question, inventez des hashtags qui claquent, etc…

Dans notre pays nous avons la chance que, parfois, l’opinion publique pèse sur les débats (ce qui est loin d’être le cas dans beaucoup de pays du monde).

Sachons en prendre conscience et bougeons nous pour nos gosses, maintenant, pendant que le fer est chaud.

Honneur, Force et Courage

On ne lâchera rien.

L’équipe Wanted Pédo

 

Mailing-liste des députés membre du groupe de travail

marie-pierre.rixain@assemblee-nationale.fr, marie-noelle.battistel@assemblee-nationale.fr, valerie.boyer@assemblee-nationale.fr, pierre.cabare@assemblee-nationale.fr,  fiona.lazaar@assemblee-nationale.fr, isabelle.florennes@assemblee-nationale.fr, sophie.panonacle@assemblee-nationale.fr, emmanuelle.anthoine@assemblee-nationale.fr,  sophie.auconie@assemblee-nationale.fr, erwan.balanant@assemblee-nationale.fr,  valerie.beauvais@assemblee-nationale.fr, huguette.bello@assemblee-nationale.fr, celine.calvez@assemblee-nationale.fr, luc.carvounas@assemblee-nationale.fr,  annie.chapelier@assemblee-nationale.fr, berangere.couillard@assemblee-nationale.fr, virginie.duby-muller@assemblee-nationale.fr, pascale.fontenel-personne@assemblee-nationale.fr, laurence.gayte@assemblee-nationale.fr, annie.genevard@assemblee-nationale.fr, guillaume.gouffier-cha@assemblee-nationale.fr,  nadia.hai@assemblee-nationale.fr, yves.jego@assemblee-nationale.fr, sonia.krimi@assemblee-nationale.fr, mustapha.laabid@assemblee-nationale.fr, nicole.lepeih@assemblee-nationale.fr,  jacqueline.maquet@assemblee-nationale.fr,  cecile.muschotti@assemblee-nationale.fr,  mickael.nogal@assemblee-nationale.fr,  benedicte.peyrol@assemblee-nationale.fr, isabelle.rauch@assemblee-nationale.fr, laetitia.romeirodias@assemblee-nationale.fr, benedicte.taurine@assemblee-nationale.fr, laurence.trastour-isnart@assemblee-nationale.fr, stephane.viry@assemblee-nationale.fr

 

Actualisation du 24 mars 2018

Le 21 mars 2018 le projet de loi a été présenté en conseil des ministres et là, surprise (enfin pour les naïfs), c’est encore pire que ce qui est exposé précédemment.

« Lorsque les faits seront commis sur la personne d’un mineur de [moins de] 15 ans, la contrainte morale ou la surprise peuvent résulter de l’abus de l’ignorance de la victime ne disposant pas de la maturité ou du discernement nécessaire pour consentir à ces actes »

Ce texte balaye tout simplement ce qui faisait le cœur de la loi: l’automaticité du chef d’inculpation (et non de la culpabilité) en fonction de l’âge de la victime .

Les magistrats ont obtenus ce qu’ils voulaient en gardant les mains libres de faire ce qu’il veulent avec la loi selon leur appréciation de la situation (on avait bien vu ce que ça a donné à Pontoise et à Meaux).

En effet, avec ce projet de loi ils restent seuls juges de la “maturité” et du “discernement” de la victime.

Donc une gamine de 11 ans (ou 8, ou 6) qui leur semble “mâture” et capable de “discernement” pourra être consentante à une relation sexuelle si ils en ont décidé ainsi.

Et le viol d’un pédocriminel sur une gamine deviendra une simple “atteinte sexuelle sur mineur” aux conséquences en termes de peines qui sont éloquentes : 5 ans de prison encourus (mais bien souvent du sursis et quasiment jamais de la prison ferme réelle) au lieu de 20 ans de prison.

Et encore, pourquoi pas la relaxe ?

Puisque l’enfant était capable de discernement, mâture et donc capable de consentement (NDLR: ça va les yeux vous piquent pas en lisant cette phrase !) et qu’elle ne l’a pas clairement exprimé à l’adulte supérieur physiquement et mentalement qui était en train de lui enfoncer son sexe dans le corps…

Vive la France ! La patrie des droits de l’Homme (vous comprenez mieux comment il faut comprendre cela).

On retombe sur la “présomption de contrainte et de surprise” qui est en fait la situation actuelle (arrêt de la cour de cassation pour la contrainte morale qui découle de la différence d’âge mais ne propose pas de barème) et la position des sénateurs.

Bref, faire semblant qu’on fait quelque chose (médiatiquement) alors qu’au final on ne fait rien…

On passe sur la litanie débilitante des médias qui parlent sans cesse d’histoire d’amour entre un garçon de 18 ans et une fille de 14 ans.

Image fausse, malhonnête et manipulatrice de la pédophilie toute droit sortie de “Twighlight” et à milles lieux de la réalité des tribunaux.

A vomir !

Ou encore l’inénarrable juge d’instruction Jacky COULON, de l’Union Syndicale des Magistrats (70% des magistrats de France) dont la revue s’appelle « Le Nouveau Pouvoir Judiciaire » et qui se plaignent de n’avoir pu faire tout le lobbying qu’ils voulaient alors qu’on entend qu’eux .

Une personne mise en cause doit toujours pouvoir apporter la preuve qu’elle est innocente.

Sinon la disposition risque l’inconstitutionnalité.

Certes, sauf qu’on ne parle pas de “condamnation automatique” mais bien de “qualification automatique d’un acte” et il le sait très bien.

Si il y a pénétration c’est un viol et pas une agression sexuelle : c’est physique (comme l’âge), c’est automatique et ça n’a rien à voir avec la culpabilité de la personne, ça ne fait que qualifier l’acte pour savoir de quoi exactement la personne est accusée.

Cela ne remet en rien en question sa capacité de se défendre ou de pouvoir prouver son innocence.

En fait un lien logique de cause-conséquence est une automaticité.

Mais dans automaticité, il y “automate”, la machine, l’image d’une justice froide et insensible.

Je vous rassure la justice froide et insensible on l’a déjà dans ces affaires et ce sont bien des êtres humains bien vivants qui l’a font tous les jours dans les tribunaux de France (nous vous encourageons vivement à allez dans les tribunaux pour entendre ça de vos oreilles!).

Oui, le lobby ce sont des magistrats qui susurrent à l’oreille des élus mais c’est aussi et surtout des journalistes qui distillent des représentations erronées de la réalité.

Ces travestissements évidents et vulgaires sont à nos yeux criminels et pèsent lourdement sur l’horreur que vivent les presque 200.000 enfants victimes d’abus sexuels en France chaque année.

LA RAGE !!!

Plus on sera nombreux à comprendre comment ça marche, à ne plus être dupes, plus ils seront dans la lumière et plus la peur changera de camp.

Nous sommes les 99%.

On lâche rien.

L’équipe Wanted Pedo

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp