Amidlisa | Étude sur les trolls – Les hommes de mains du lobby pédophile sur les réseaux sociaux.

La décision de la Cour de Cassation a gravé dans le marbre que l’on ne pourra plus dire que les enfants « Amidlisa » n’ont pas été violés.
Ceci implique que le procès pour calomnie fait à la mère protectrice et à ses parents n’a pas lieu d’être.

Mais surtout que la justice se doit de diligenter une enquête pour savoir qui a violé ces enfants (et les nombreux autres enfants violés et assassinés qui figurent dans leurs témoignages).

Ainsi une pincée de raison revient dans cette affaire toujours pas dépaysée où donc on assistera à un second procès devant la 7ème chambre B de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, Palais Monclar, rue Peyresc, à 13100 Aix-en-Provence, le vendredi 6 janvier 2017 à 14 heures.

On en profitera pour remarquer comme avant chaque procès, audience, verdict dans l’affaire amidlisa le surgissement soudain d’actions concertées sur le Web de ce qu’on appelle « les trolls ».

Ces gens viennent de faire un google-blog (si,si) intitulé « Amidlisa le gros fake » (la grande classe!) (amidlisalarnaquedusiecle/conclusion) pour sans doute décourager les citoyens de venir devant la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence le 6 janvier prochain.

En 4 pages tout y passe, vulgarités, mensonges, diffamations, insultes, inversions accusatoires permanentes, sans compter les tirades qui n’ont juste aucun sens…

« Demander à ce qu’un  procès en assises ait lieu, dans de telles conditions, est en soi un déni de justice. » Hein ?

La lecture en est difficile tant les contradictions logiques, les aberrations et les outrances se déversent en désordre s’ajoutant à une méconnaissance totale du droit, de la médecine et des procédures.

Le style pauvre témoigne d’un internaute qui mélange tour à tour vie réelle (enfin pas beaucoup), navigation sur youtube et TOR et surtout série américaine du dimanche soir.

Notre seul étonnement est de ne pas voir les fautes d’orthographe qui rythment habituellement ce genre de prose.

Le gentil relecteur par contre n’a pas pu aller jusqu’à reprendre les phrases qui syntaxiquement ne veulent rien dire (faut pas pousser non plus…).

On y apprend que la famille “Amidlisa ” aurait donc instrumentalisé un procès pour fomenter une révolution menant à la dictature…

La perplexité se mêle au fou rire … Fallait y penser.

On rappelle tout de même qu’à partir du moment où la maman a porté plainte suite aux déclarations de ses enfants, elle a tout perdu : ses enfants, son argent et est attaquée en justice depuis bientôt 10 ans.

La dictature est en marche à coup de surendettement…

Les auteurs défendent explicitement le système en place, au moins ça c’est clair… (« Dans tous les cas, prétendre que le système est pourri et qu’il faut le remplacer par un autre qui sera pire que le précédent ne constitue en rien une avancée. »)

Les témoignages vidéos des enfants seraient illégaux, irréguliers, abjects…

On rappellera qu’il n’y a pas eu d’enquête de menée où auraient dû prendre place des dépositions filmées des enfants selon la procédure Mélanie.

Donc la famille a fait ce qu’elle a pu pour recueillir de manière durable les propos des enfants qui accusent le père, des proches du père et parlent de viols et de meurtres de nombreux autres enfants.

Faut-il encore une fois le rappeler !

Non ce n’est pas le procès d’un divorce qui a mal tourné mais bien celui d’un réseau pédocriminel fortement implanté localement.

Les preuves seraient manquante. Ben forcément sans enquête c’est compliqué d’avoir des preuves…

On notera tout de même que la Cour de Cassation en a eu assez pour suspecter le viol des enfants.

Et la question demeure : – la justice va-t-elle enfin chercher à savoir qui les a violés ?

On passe sur les délires où la famille aurait téléchargé des images pédopornographiques sur le DarkWeb d’autres enfants abusés pour les faire passer pour des preuves médicales… Magnifique !

On finit même par le traditionnel point Godwin où les soutiens de la famille “Amidlisa” seraient (on ne sait pas trop comment d’ailleurs) des affreux nazis qui faute de pouvoir persécuter les juifs s’en prennent à des pédophiles innocents.

Wow ! Trop balèze.

On attend les reptiliens pour le prochain post ?

Je vous épargne le reste.

On retiendra que comme la famille “Amidlisa” et Wanted Pedo, les auteurs anonymes réclament (enfin c’est ce que l’on croit comprendre) une enquête sur le fond, un procès aux assisses, et parlent souvent d’envoyer des personnes en prison (a priori des coupables avérés du moins on peut le supposer).

Et bien là-dessus nous tomberons d’accord avec eux et en toute logique nous attendons de pouvoir rencontrer ces chauds partisans de l’ouverture d’une enquête, de perquisitions, d’assisses publiques et d’emprisonnements fermes.

Ils viendront c’est sûr devant la Cour d’appel d’Aix pour clamer haut et fort leur soif de vérité !

Ah, non ce n’est pas tout à fait ça…

Visiblement ils sont plutôt en train de nous expliquer comment le système pourrait tout étouffer si ça va plus loin.

Vivement un beau procès d’assises à huis-clos, avec témoignages des enfants, et désignations d’experts en science et en technologie (ptdr), qui vont décortiquer tout ça avec toute la minutie que l’on sait. Et quitte à garantir un maximum d’impartialité, qu’il soit demandé à des enquêteurs parisiens d’effectuer le déplacement.

En conclusion la seule hypothèse logique que nous avons trouvée pour expliquer le comportement de ces trolls est évidemment et a minima la rémunération par le lobby pédophile de ces personnes dont les timings, les tournures et les méthodes ne sont que trop connues, répétitives et donc éculées.

Elles ne trompent d’ailleurs plus les citoyens avec un tonitruant 14 likes !

14 trolls qui se grillent en likant : superbe !

Nous savons qui se cache derrière ces pseudos qui suivent cette page, souvent la même personne qui a plusieurs comptes et qui se répond à elle-même (technique du troll, qui veut faire croire qu’ils sont plusieurs).

Quel piètre travail de com’ qui ne mérite certainement pas la rémunération qu’il justifie…

On vous demande par solidarité avec la famille de signaler cette page facebook « Amidlisa le gros fake » afin de soutenir la famille en attendant que les auteurs répondent de leurs écrits.

On ne lâche rien.

Honneur, force et courage

L’équipe Wanted Pedo

Soyez nombreux à venir au procès Amidlisa

le vendredi 6 janvier 2017 à 14 heures
Cour d’appel d’Aix-en-Provence, 7ème chambre B
Palais Monclar
Rue Peyresc
13100 Aix-en-Provence

 

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp