Canada | Un «gentil pédophile» reste en prison

Un pilote retraité qui a agressé sexuellement de deux fillettes en République dominicaine pendant des années se considère comme un «gentil pédophile». Jeudi, il a échoué à sa deuxième tentative pour sortir de prison.

Photo d’archives

Les commissaires des libérations conditionnelles du Canada n’ont pas semblé apprécier le qualificatif utilisé par Joseph Charles Côté pour se décrire.

Le Montréalais de 86 ans n’a pas évolué «d’un iota» depuis sa dernière audience, il y a cinq mois, a souligné son agente de libération conditionnelle (ALC).

En juillet, Côté s’était fait refuser le droit de quitter le pénitencier où il séjourne depuis deux ans parce qu’il n’avait pas fait de progrès depuis le début de sa peine de sept ans de détention.

«Il s’est fermé à nous après l’audience. On tentait de discuter, mais il coupait court à la conversation. Il exprimait qu’on voulait le formater, selon ses mots. Il se décrit comme un bon pédophile, pas un mauvais», a noté son ALC.

«Je n’ai jamais dit ça», a rétorqué Côté.

«Mais je vous dirais peut-être que je suis un gentil pédophile», a-t-il ajouté, faisant sourciller les commissaires.

Entre le début de sa retraite en 1987 et son arrestation en mars 2013, celui qui a piloté des avions pour l’armée et divers premiers ministres a passé tous ses hivers en République dominicaine.

Le vétéran en a profité pour avoir des contacts sexuels avec deux fillettes âgées de 8 à 12 ans à plusieurs repri­ses.

L’aîné s’était même filmé en pleine action avec elles et conservait cette «banque de souvenirs» dans son ordinateur. Sa collection de pornographie juvénile comptait plus de 14 600 fichiers.

Pas d’œil au beurre noir

Encore jeudi, le détenu était persuadé de n’avoir fait aucun mal aux deux enfants qu’il a abusées durant ses séjours.

«Elles n’ont jamais été maltraitées. Elles n’avaient pas d’œil au beurre noir, pas de jambe cassée. […] Je ne sais pas si je leur ai fait du bien, mais elles revenaient me voir», s’est justifié l’octogénaire.

«C’est pathétique», s’est alors écrié le commissaire Jacques Bouchard, qui n’en croyait visiblement pas ses oreilles. «Monsieur n’a tellement rien compris qu’il pense encore qu’il n’a pas fait de dommages», a-t-il pesté.

La libération conditionnelle de Côté a donc encore été refusée.

Libéré en mars

Aux prises avec d’importants problèmes de santé, il pourra toutefois quitter le Centre fédéral de formation de Laval en mars 2017.

Détenu depuis son arrestation en mars 2013, Côté aura alors purgé les deux tiers de sa sentence.

Il lui sera interdit d’utiliser un ordinateur et de posséder du matériel sexuellement explicite. L’aîné ne pourra pas non plus être en présence de mineures ou d’autres criminels.

Source : journaldemontreal

 

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp