Beaune | Viol d’un auto-stoppeur mineur en 2016, trois hommes interpellés

L’enquête sur l’affaire de viol du jeune auto-stoppeur scolarisé à Beaune, en décembre 2016, se poursuit…

L’adolescent domicilié en Côte-d’Or s’était fait embarquer au Breuil par trois hommes puis violer à bord d’une fourgonnette.

L’enquête sur l’affaire de viol du jeune auto-stoppeur survenu le 4 décembre 2016 en région creusotine, avance. Trois hommes suspectés ont été interpellés, placés en garde à vue, présentés au parquet de Chalon-sur-Saône et mis en examen, rapportent nos confrères du Journal de Saône-et-Loire.

Plusieurs chefs d’accusations leur sont reprochés : viols aggravés, viol avec plusieurs circonstances aggravantes et non dénonciation de crime. Le parquet, qui a ouvert une information judiciaire, affirme qu’il n’y a pour l’instant pas de placement en détention provisoire mais que l’enquête se poursuit.

Rappel des faits

Les faits remontent au dimanche 4 décembre 2016. Aux alentours de 19 h 15, un jeune homme scolarisé à Beaune et domicilié en Côte-d’Or, âgé de 16 ans, est parti du Creusot pour rejoindre, en auto-stop, un village de la région beaunoise situé à une trentaine de kilomètres. C’est dans la commune du Breuil, en parcourant la rue Pasteur, qu’il s’était fait récupérer, contre son gré, par trois hommes. Ces derniers l’auraient forcé à monter à bord d’une fourgonnette avant de reprendre la route.

Une dizaine de minutes plus tard, les individus, auraient stoppé leur véhicule au bord du canal du Centre. C’est à l’arrière de la fourgonnette que le viol se serait déroulé. Deux hommes auraient forcé le jeune auto-stoppeur à leur faire une fellation. Une fois l’acte terminé, les trois ravisseurs auraient continué leur route, toujours accompagnés de la victime, avant de la laisser à l’entrée de son village de destination.

L’adolescent aurait ensuite parcouru quelques mètres à pied pour rejoindre le domicile familial vers 20 h 30. Avertis des faits dès son arrivée, sa mère et ses proches avaient appelé les secours qui étaient intervenus rapidement pour le transporter à l’hôpital de Dijon où une batterie de tests avait été effectuée.

Le lendemain, le jeune homme avait porté plainte auprès des gendarmes de Beaune qui avaient immédiatement débuté l’enquête. Enquête dont ils ont été dessaisis le jour suivant puisque les faits auraient été commis en région creusotine.

Ainsi, le parquet de Chalon-sur-Saône est depuis en charge du dossier.

 

Source: Le bien public

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp