Auray | Peine dérisoire pour avoir mortellement secoué son bébé

non

Catégories :

Mots clés :

Âgé de seulement cinq semaines, le nourrisson était décédé à l’été 2013 à Auray
Il aura fallu huit ans et une longue procédure judiciaire pour qu’un père de famille soit jugé pour avoir provoqué la mort de son nourrisson, victime du syndrome du bébé secoué.

Les faits remontent à l’été 2013 à Auray, dans le Morbihan, comme le rapporte Ouest-France.

Le 20 juillet, la mère s’était absentée et avait confié l’enfant, âgé de seulement cinq semaines, à son père. A son retour, le bébé présentait une plaie à la lèvre ainsi qu’un gonflement à l’œil. Quatre jours plus tard, le père, âgé de 32 ans, avait encore la charge de sa fille. Après avoir pris son biberon, le bébé avait été pris de convulsions. Le couple l’avait conduit aux urgences du centre hospitalier de Vannes.

Cinq ans de prison dont trois avec sursis probatoire

Transféré dans la soirée au CHU de Rennes, le nourrisson était décédé le 14 août. Le médecin légiste avait alors observé « une hémorragie dans la boîte crânienne, un œdème cérébral et une contusion cérébrale », précise Le Télégramme.

Le couple avait mis en examen et placé sous contrôle judiciaire quelques jours plus tard, avant que la mère ne bénéficie d’un non-lieu durant l’instruction.

Le père, qui comparaissait libre, a été condamné par la cour d’assises du Morbihan à cinq ans de prison, dont trois avec sursis probatoire.

 

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp