Saint-Nicolas-du-Pélem | Sébastien M. coupable de viols sur sa fille et sa belle-fille

non

Viols incestueux : l’éleveur de Saint-Nicolas-du-Pélem envoyé derrière les barreaux pendant 15 ans
Coupable de viols incestueux et du calvaire innommable infligé à sa fille et sa belle fille, l’agriculteur du secteur de Saint-Nicolas-du-Pélem a été condamné à 15 ans de prison.

Il est 22 heures lorsque les jurés de la cour d’assises de Saint-Brieuc rendent un verdict attendu ce jeudi 11 mars : 15 ans de réclusion criminelle, 10 ans de suivi socio-judicaire et le retrait de l’autorité parentale pour Sébastien M., reconnu coupable de viols incestueux.

C’est donc avec une journée d’avance que l’éleveur bovins de 42 ans a été, au terme de 4 heures de délibération, reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés.

Debout dans le box entre deux policiers il reste immobile face aux jurés, les yeux dans le vide. Il accepte sa peine sans aucune réaction, il quittera l’enceinte de justice sans un regard et sans un mot.

Des faits insupportables à entendre : pendant des années dans un climat de terreur il a fait subir les pires outrages à sa femme sa belle fille et sa propre fille. Une violence quotidienne où l’alcool s’invitait massivement tous les jours de l’année.

Une femme battue qui perdra sa dignité au fil des ans, abandonnant tout espoir d’entrevoir des jours meilleurs. Une belle fille qui racontera qu’au plus profond de sa mémoire, aussi loin qu’elle puisse aller dans ses souvenirs, elle subira de la part de ce beau père des actes sexuels répétés, l’amour est un mot dénué de sens pour cet homme sans scrupule. Pendant des années la fillette sera à la merci de son bourreau.

Humiliations et sévices

Enfin, sa propre fille, âgée de 9 ans à l’époque, subira à son tour les mêmes violences, 4 années de souffrance de tortures d’humiliations et de sévices sexuels avant qu’à son tour elle dénonce son père à la justice.

Pendant des années la fillette sera à la merci de son bourreau

Il est 14h30 lorsque le procureur général prend la parole, il est d’une efficacité redoutable, précis, solennel : il va toucher les jurés par des phrases acérées et tellement vraies, chaque mot qu’il prononce enfonce un peu plus l’accusé dans la résignation, allant même jusqu’à donner des exemples concrets pour être mieux perçu des jurés.

Quand au terme de son réquisitoire sans concession, il requiert 15 ans de réclusion criminelle, tout le monde comprend que le sort de l’accusé est scellé.

“Il restera définitivement seul, tellement seul, avec ses certitudes qu’il croyait justes car ce sont les seules que ses parents lui ont inculquées”

Klaudia Miosga, Avocate

« Dans cette famille où le non-dit est de circonstance, il est affligeant de reconnaître que tous, oui tous, étaient au courant, et personne, je dis bien personne n’interviendra, il est tellement plus facile de ne rien voir, personne pour aider mon client pour le résonner pour lui expliquer qu’il se trompe de chemin. Il restera définitivement seul, tellement seul avec ses certitudes qu’il croyait juste car ce sont les seules que ses parents lui ont inculquées ».

Ces propos n’ont pas été suffisants pour atténuer le sentiment des jurés.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp