Treffieux | Un père de famille à nouveau condamné pour images pédopornographiques

non

Un père de famille condamné pour la 3ème fois pour ses images pédophiles
Image libre de droit
Un informaticien de Treffieux (Loire-Atlantique) a été condamné ce jeudi 4 février 2021 pour s’être de nouveau livré à de la “consultation” d’images pédophiles.

Un informaticien de Treffieux (Loire-Atlantique) a été condamné ce jeudi 4 février 2021 par le tribunal correctionnel de Nantes à 12 mois de prison avec sursis probatoire « renforcé », pour s’être de nouveau livré à de la « consultation » d’images pédophiles.

Deux condamnations analogues sur son casier judiciaire

L’homme de 33 ans avait en effet déjà 2 condamnations analogues sur son casier judiciaire ; il aura désormais obligation de suivre des soins psychiatriques pendant les 3 prochaines années. Le jugement a été frappé d’exécution provisoire, ce qui signifie qu’il s’applique dès à présent, même s’il venait à en faire appel.

Son nom a de nouveau été inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS), ce qui l’obligera à pointer au moins une fois par an pendant vingt ans à la gendarmerie la plus proche de chez lui.

« C’est la troisième fois que vous passez au tribunal pour des faits de même nature… Est-ce que c’est la dernière ? »,

lui avait demandé d’emblée la présidente du tribunal correctionnel de Nantes.

« J’ai connu des abus par un grand-oncle »

« Lors de mes derniers procès, je n’avais rien pu dire d’autre que de présenter mes regrets : je n’avais pas trouvé ce qui m’emmenait vers ce type d’images »,

a-t-il expliqué.

« Depuis, j’ai entamé un travail sur moi-même et j’ai pu débloquer des choses qui remontent à l’enfance : j’ai connu des abus par un grand-oncle. »

« Aujourd’hui, j’en suis sorti et je peux vous affirmer que c’est la dernière fois que je me présente devant vous »,

a-t-il donc promis aux trois juges nantais.

La présidente lui a toutefois fait part de ses « interrogations » sur le fait qu’il est désormais père de deux jeunes enfants.

« Avec ma femme, on a failli se séparer »,

a confessé le prévenu.

Une « attirance » pédophile « depuis la fin du collège »

« Mais depuis elle a mis des mots de passe sur l’ordinateur, elle seule les connaît, je ne peux pas les contourner »,

a-t-il voulu rassurer les juges.

« Madame dit toutefois elle-même avoir « un peu de mal en informatique »… On voit donc mal comment elle pourrait gérer les mots de passe »,

a relevé la présidente du tribunal correctionnel.

Suivi « depuis plusieurs années » par le Centre médico-psychologique (CMP) de Châteaubriant, il avait confessé au cours de l’enquête avoir une « attirance » pédophile « depuis la fin du collège ».

Il avait consulté ces images pour la dernière fois « quelques jours » avant son interpellation par la brigade de gendarmerie de Nozay, début 2019.

Source(s):