Thonon-les-Bains | L’oncle pédocrimnel écope de sursis pour avoir agressé sa nièce de 5ans

oui

Pédocriminel En liberté

Catégories :

Mots clés :

La fillette se plaint de douleurs au sexe en revenant de chez son père…
Le prévenu est condamné à cinq ans de prison ferme pour agression sexuelle sur sa très jeune belle-fille (photo d’illustration)
Convoqué au commissariat, l’homme avance qu’on l’a piégé avec de la magie noire !

Mardi 19 janvier, un homme de 53 ans comparaissait devant le tribunal correctionnel de Thonon pour des faits d’agression sexuelle sur mineur.

Le prévenu a été condamné à une peine de prison avec un sursis probatoire.

C’est une lourde affaire d’inceste qu’a eu à traiter le tribunal de Thonon-les-Bains, mardi 19 janvier.

A la barre, un homme de 53 ans comparaissait pour des faits d’agression sexuelle sur mineur, survenus en avril 2020. Sa victime, la fille de son neveu, n’était alors âgée que de quatre ans et demi.

Tout a basculé lors d’un week-end relativement banal, durant lequel la petite fille est partie passer quelques jours chez son papa.

A l’époque, le père hébergeait son oncle, un aide-soignant d’une cinquantaine d’années, vivant en Algérie la moitié de l’année. Un homme a priori sans histoire, sans antécédents judiciaires, apprécié de tous.

Mais au retour de ce week-end, la petite se plaint de douleurs au sexe, notamment lorsqu’elle urine. Suspectant quelque chose, sa mère et sa tante inspectent l’enfant et constatent un bleu sur sa cuisse ainsi qu’une petite plaie sur sa lèvre vaginale.

La fillette finit par lâcher le morceau : son grand-oncle lui aurait retiré sa culotte, mis du sirop rouge sur le sexe et commencé à la caresser. Elle aurait eu mal, aurait pleuré. L’homme lui aurait demandé de ne rien dire à sa maman.

De cette déclaration s’ensuivra une longue procédure judiciaire éprouvante pour toute la famille, durant laquelle le grand-oncle niera en bloc les faits. Même discours devant la présidente de l’audience.

« Quand j’ai appris pourquoi j’étais au commissariat, j’étais choqué. Faites-moi passer au détecteur de mensonge, faites-moi avaler un sérum de vérité, mais qu’on en finisse ! »

L’homme, incohérent dans ses discours, avance qu’on l’a piégé avec de la magie noire et ne revient jamais sur les événements qu’a décrits sa petite-nièce. Une position qui dérange fortement.

L’avocate des parties civiles regrette :

« Il nous a raconté toute sa vie, sauf ce qui nous intéresse. Il noie le poisson ».

La substitut du procureur de la République a renchéri :

« Il ne considère pas une seule seconde la victime. Il dit qu’il a souffert six mois ? Elle va souffrir toute sa vie, elle ! »

Reconnu coupable des faits qui lui étaient reprochés, l’homme a été condamné à 18 mois de prison avec un sursis probatoire pendant deux ans. Son nom a été inscrit au fichier des délinquants sexuels.

A l’audience, le père de la petite victime a tenu à témoigner devant les juges. Mais difficile pour lui de s’exprimer sur la culpabilité de son oncle, alors même que ce dernier n’a jamais avoué les faits et que les médecins et les policiers n’ont jamais pu affirmer qu’il y avait eu agression.

Il souffle doucement :

« Je n’ai rien vu, je ne peux pas l’accuser ».

L’homme a tout de même coupé les ponts avec son oncle depuis avril dernier.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp