Savigny-le-Temple | Handball, plainte pour viol et classement sans suite !

oui

Pédocriminel En liberté

les poursuites pénales sont devenues impossibles en raison de la prescription des faits.
La plainte pour viol contre un ex-entraîneur de handball de Savigny-le-Temple a été classée sans suite. Le parquet a estimé que les faits, prescrits, n’étaient pas constitués.

C’est à l’âge de 38 ans qu’elle  avait déposé plainte pour viol sur mineur et agression sexuelle contre son ex-entraîneur de handball de Savigny-le-Temple, en Seine-et-Marne. Les faits que la plaignante dénonçait étaient censés avoir été commis en 1995 et 1996, alors qu’elle avait 14 ans-15 ans. Le mis en cause a toujours nié les faits.

Après enquête, le parquet d’Evry-Courcouronnes, dans l’Essonne, le département où exerce actuellement l’éducateur sportif, vient de classer l’affaire sans suite.

« L’examen de cette procédure ne justifie pas de poursuite pénale aux motifs que les faits ne constituent pas une infraction concernant, indique le ministère public. Par ailleurs, les poursuites pénales concernant les agressions sexuelles sont devenues impossibles en raison de la prescription des faits. »

« Toute dénonciation ne vaut pas condamnation ! »

« Dans ce type de procédure, il est très rare de mentionner que les faits ne sont pas constitués, souligne l’avocate de la défense, Me Delphine Meillet. C’est un soulagement pour mon client, qui a été accusé de faits très graves.

Malheureusement, dans ce dossier, nous nous retrouvons face aux effets pervers de la libération de la parole de la femme en matière de viol et d’agression sexuelle. Dans ce cas, c’est un abus de parole.

La plaignante est tombée dans l’obsession à l’égard de mon client. Elle a utilisé les réseaux sociaux et a créé des blogs pour des appels à témoins, depuis deux ans, en vain. La mission de justice a été remplie. Elle a tranché pour l’innocence de mon client. Toute dénonciation ne vaut pas condamnation ! »

De son côté, la plaignante se déclare « en colère, mais soulagée que l’enquête soit terminée. »

Pour elle, le combat se poursuit :

« Je fais le deuil de cette histoire qui m’a bouffée pendant un an et demi. J’ai créé un blog pour les victimes d’abus sexuels en général et pas contre mon ex-entraîneur en particulier. Je vais maintenant me battre pour qu’il n’y ait pas de victimes dans le sport, notamment dans le milieu du handball ».

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp