Lot | Condamné pour avoir violé l’intimité de trois fillettes d’une dizaine d’années

non

« Je laisse la justice faire son travail. »
Laurent Belou, avocat des parties civiles, a demandé le huis clos pour ce dossier impliquant trois jeunes filles mineures Laurent Belou, avocat des parties civiles, a demandé le huis clos pour ce dossier impliquant trois jeunes filles mineures | Photo DDM, M.S.
Le huis clos demandé ce jeudi par Maître Belou (ci-dessus), au tribunal correctionnel de Cahors, ne laissait planer aucun doute sur le caractère à la fois très sensible et pervers d’une affaire d’agressions sexuelles dont ont été victimes trois fillettes lotoises de 10 à 11 ans.

Avant que toute personne étrangère à ce dossier ne soit priée de quitter la salle, le prévenu appelé à la barre, un homme de 61 ans, qui réside également dans le Nord du Lot, s’est avancé d’un pas mal assuré à la barre et a balbutié ces quelques mots à l’attention d’Olivier Bataillé, président du tribunal :

« Je laisse la justice faire son travail. »

Une invitation dont n’avait pas besoin le tribunal pour se saisir de ce dossier que Laurent Belou, avocat des parties civiles, nous aide à comprendre.

« Les faits remontent à l’été 2018. Ils se sont produits à la piscine de Gramat et au lac de Tauriac où, lors de ses promenades, cet homme a eu les mains baladeuses sur les trois fillettes. Il se collait à elles, se frottait et les touchait comme certains font dans le métro, mais de manière encore plus pressante et surtout très traumatisante »

détaille l’avocat.

L’interdiction formelle d’approcher les mineurs

Alertés et terriblement choquées par les gestes et les actes de cet individu qui n’hésitait pas à caresser les parties les plus intimes du corps de ces fillettes, les familles se sont portées parties civiles dans ce dossier.

Le sexagénaire a été reconnu coupable et condamné à trois ans de prison dont deux avec un sursis probatoire d’une durée de trois ans.

Il devra également se soumettre à une obligation de soins.

D’autre part, il lui est formellement interdit de rentrer en contact avec des mineurs et d’apparaître dans les piscines, les centres de loisirs et les lieux fréquentés par les enfants.

Bref, là où précisément il avait choisi ses proies fragiles, mais pas naïves puisqu’elles ont su faire émerger la vérité et la perversité de ces faits.

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp