France | Natacha Tormey témoigne de son enfance passée au sein d’une secte sexuelle

oui

Pédocriminel En liberté

“Membre d’une secte, j’ai été violée à l’âge de 4 ans”
David Brandt Berg, fondateur de la secte Les Enfants de Dieu, 1977
Natacha Tormey a été élevée dans une secte qui prônait la liberté sexuelle totale… y compris sur la fillette de 4 ans qu’elle était.

A l’âge de 18 ans, Natacha a réussi à fuir la secte.

Elevée dans la peur du monde extérieur et victime d’innombrables abus, elle a mis des années à se reconstruire. Elle témoigne dans un livre bouleversant.

Malgré les années, le souvenir est toujours vivace. Dès que Natacha sent l’odeur du Dettol, le désinfectant dont usaient, avant et après chaque rapport sexuel, les adultes de la secte où elle a grandi, elle ne peut réprimer un haut-le-cœur.

“Ils pensaient qu’en s’en aspergeant, ils échapperaient aux maladies sexuellement transmissibles”.

Il y a aussi cette trousse de survie qui, jusqu’à peu, ne quittait pas son sac à main. On y trouvait une boussole, un kit de premiers soins et une torche :

“Au cas où la fin du monde arriverait et que je devrais affronter le diable”.

C’est en 1968 que David Brandt Berg a créé Les Enfants de Dieu.

Persuadés qu’une comète allait détruire les Etats-Unis, ses adeptes se réfugient en France en 1974. Mais, découvrant ses agissements sexuels – incitation à la prostitution, inceste et pédophilie -, la France dissout la secte en 1978.

Ce qui n’empêche pas le gourou de poursuivre ses activités dans le monde, sous diverses appellations (La Famille…). Certaines stars ont révélé, après en être sorties, avoir grandi au sein d’une communauté des Enfants de Dieu, comme les acteurs Joaquin Phoenix et ses frères et sœurs River, Rain et Summer, ou l’actrice Rose McGowan, qui s’est fait émanciper de sa communauté italienne à 15 ans. Le musicien Jeremy Spencer, ex-guitariste de Fleetwood Mac, est, quant à lui, toujours membre depuis 1971.

“Les enfants étaient violés, les femmes poussées à se prostituer”

Natacha a ainsi grandi avec la certitude qu’elle faisait partie d’une élite. Celle des soldats de Dieu, dotés de pouvoirs surnaturels qui permettraient de survivre à l’Armageddon.

Ses parents, des Français, ont été recrutés par la secte des Enfants de Dieu dans les années 1970, comme tant de hippies qui voyaient dans ce mouvement l’opportunité de vivre d’amour et de sexe.

Surtout de sexe. Car, pour le gourou David Brandt Berg, tout peut être réalisé sexuellement tant que l’objectif reste spirituel. Pédophilie et prostitution comprises.

C’est ainsi que Natacha a été abusée dès ses 4 ans :

“J’ai occulté, mais j’ai des réminiscences, comme la sueur qui coule du visage de cet homme sur le mien, son odeur de sueur et de Dettol, son accent philippin quand il remerciait Dieu de m’offrir à lui”.

Les femmes sont poussées à se prostituer “afin de recruter plus d’adeptes” et la contraception est défendue.

“Ma mère a eu douze enfants.”

Les membres de la secte vont d’un pays à l’autre. Et Natacha se trouve à La Réunion avec sa famille et sa communauté, lorsqu’à 18 ans, elle décide de fuir, comme deux de ses frères l’ont déjà fait. Mais elle est terrifiée par le monde extérieur qu’elle a appris à craindre :

“Je ne me sentais pas à ma place. Je ne connaissais rien, ne savais rien faire, je n’avais jamais entendu le mot CV et n’étais jamais entrée dans une banque”.

Elle atterrit en Angleterre, où elle trouve refuge auprès d’anciens de la secte.

“J’étais tellement en colère après mes parents pour cette vie abominable. A l’époque, j’étais incapable de me rendre compte qu’eux aussi étaient des victimes.”

En 2008, elle rencontre son futur époux.

“Un homme admirable qui m’a redonné confiance. Peu à peu, j’ai commencé à croire que je pouvais être forte et résiliente. J’ai même découvert grâce à lui que j’avais le sens de l’humour, avoue Natacha qui n’a pas de souvenirs heureux. Cette secte a exploité notre idéalisme juvénile. On nous a volé bonheur et liberté. Les gens doivent être conscients du danger que cela représente. Mon livre est pour eux, pour nous tous. Il est temps que nous ayons notre mot à dire !”

Retrouvez son témoignage dans Born Into The Children of God, de Natacha Tormey.

Pour en savoir plus sur cette secte :

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp