Etat-Unis | Daisy Coleman, qui a raconté son viol dans un documentaire Netflix, s’est suicidée. Les violeurs sont toujours en liberté !

Daisy Coleman, qui figurait dans le documentaire Netflix « Audrie & Daisy » sur les victimes de viol chez les adolescentes, s’est suicidée, à l’âge de 23 ans.

« Ma fille Catherine Daisy Coleman s’est suicidée ce soir »,

a écrit sa mère Melinda Coleman, mardi soir, sur Facebook.

La jeune femme de 23 ans avait participé au documentaire « Audrie & Daisy », sorti en 2016 sur Netflix, sur les victimes de viol chez les adolescentes.

Dans ce documentaire, réalisé par Bonni Cohen et Jon Shenk, Daisy Coleman faisait part du viol dont elle a été victime lors d’une fête dans une maison du Missouri quand elle avait 14 ans. Son agresseur n’a jamais été reconnu coupable.

« Elle ne s’est jamais remise de ce que ces garçons lui ont fait et ce n’est tout simplement pas juste »,

a écrit sa mère.

« Ma petite fille est partie.»

Victime de harcèlement

Le documentaire « Audrie & Daisy » rapportait également l’agression sexuelle dont a été victime Audrie Pott en septembre 2012, en Californie. La jeune femme s’est suicidée dix jours après cette agression.

Après le documentaire Netflix, Daisy Coleman a utilisé sa plateforme pour co-fonder l’organisation SafeBAE, dédiée à mettre fin aux agressions sexuelles sur les élèves des collèges et lycées et à aider les survivants. SafeBAE a publié une déclaration sur Twitter après l’annonce de la mort de Coleman, affirmant qu’ils étaient « choqués et attristés » par le décès de Daisy :

« À travers notre choc et notre tristesse, nous publions une déclaration sur notre perte de Daisy. Comme toutes les personnes qui nous suivent le savent, Daisy s’est battue pendant de nombreuses années pour à la fois guérir de ses agressions et prévenir de futures violences sexuelles chez les adolescents. Elle était notre sœur dans ce travail. Nous n’étions pas seulement une équipe à but non lucratif, mais une famille. Nous sommes bouleversés et choqués par son décès. »

Suite à son viol, Daisy Coleman avait été accusée de mentir et avait également été victime de harcèlement, tout comme Audrie Pott.

Depuis plusieurs années, elle souffrait de dépression.

« J’aurais aimé pouvoir lui retirer sa douleur. Je pense qu’elle a cru que je pouvais vivre sans elle, mais je ne peux pas »,

a encore déclaré sa maman.

Source : lavoixdunord.fr

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp