Chine | Les utilisateurs de réseaux sociaux se mobilisent contre les pédophiles

Chaque année, environ 1,2 million d’enfants dans le monde, sont victime de l’industrie pédopornographique et d’organisations pédocriminelles

Des écoliers chinois apprennent à se protéger contre le risque d’agression lors d’un cours d’éducation sexuelle et de prévention des agressions à l’école primaire Beida Huaishu de la ville de Jinan.

L’indice lui a été confié par l’un de ses abonnés en ligne. Kevin, un internaute qui lutte contre la pédophilie et la pédopornographie, a reçu des informations selon lesquelles un homme de Harbin, dans la province septentrionale du Heilongjiang, était soupçonné d’agressions sur des enfants qu’il avait recrutés comme mannequins de collections vestimentaires.

Kevin a trouvé des photos de cet homme, M. Li, en train d’embrasser plusieurs garçons sur les réseaux sociaux. Il a rapidement contacté les opérateurs de la plateforme en ligne et a alerté la police locale.

Une heure plus tard, tous les comptes du dénommé Li sur les réseaux sociaux étaient suspendus. Trois jours plus tard, il était arrêté par la police de Harbin après une première enquête.

Cette affaire n’est pas un cas isolé

De nombreux sites web de pédopornographie sont encore en ligne, et la production et la vente illégales de vidéos et de photos pornographiques mettant en scène des enfants sont devenues une activité lucrative en Chine.

Certains individus font des profits en facturant des frais d’adhésion pour l’accès à de tels sites.

Il n’y a pas de statistiques disponibles sur le nombre d’enfants contraints à participer à du contenu pornographique.

Mais selon les estimations de l’Organisation internationale du travail:

«environ 1,2 million d’enfants dans le monde sont entraînés dans la pédopornographie chaque année, et beaucoup deviennent les proies d’organisations pédophiles»

(NDWP: Cependant, certains continueront à affirmer que les réseaux pédocriminels n’existent pas…)

Un réseau souterrain

Un groupe en ligne nommé « Les voix uniques des beaux enfants » a été révélé sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter.

Weibo est l’équivalent chinois de Twitter. Illustration /chosesasavoir.com

L’adhésion « junior VIP » y était facturée 333 yuans (42,58 euros) par mois, une adhésion de « membre intermédiaire » coûtait 666 yuans (85,16 euros) et celle d’un « senior VIP » était facturée 999 yuans (127,74 euros).

En déboursant 50 yuans (6.3 euros), les membres du groupe pouvaient ensuite regarder des photos et des vidéos d’enfants qui se déshabillaient et se touchaient.

Des captures d’écran obtenues par un journaliste du Xinhua Daily Telegraph montrent plusieurs membres en train de visionner des vidéos sur des sites de streaming en direct.

Transactions de vidéos de pédopornographique

En consultant les discussions en ligne du groupe, le journaliste a vu une publicité facturant 2000 yuans l’agression d’un petit garçon.

Le groupe comptait au total 1927 membres et ses propriétaires gagnaient de l’argent principalement par la diffusion en direct de vidéos, ainsi que par des transactions en ligne et hors ligne.

La police de Zhengzhou, dans la province centrale du Henan, a arrêté en août dernier le propriétaire d’un forum en ligne qui filmait et diffusait des photos et des vidéos de fillettes nues.

Les vidéos contenaient des images d’enfants dans différentes poses et montraient des adultes les agressant.

L’industrie clandestine de la pédopornographie semble avoir entraîné une augmentation des crimes d’agression sexuelle contre des mineurs en Chine.

Un tribunal intermédiaire du sud de la Chine a récemment jugé une affaire impliquant un homme de 24 ans accusé d’avoir violé une écolière qu’il avait rencontrée sur le service de messagerie instantanée «QQ du groupe Tencent».

QQ du groupe Tencent est un service de messagerie instantanée.

L’homme avait incité la jeune fille à une rencontre en personne après avoir regardé des vidéos pédopornographiques.

Le juge a déclaré que les accusés dans la plupart des cas de viol impliquant des mineurs, avaient regardé des vidéos pornographiques avant de commettre leurs crimes.

Des crimes difficiles à repérer

Kevin, qui compte 770 000 abonnés sur Weibo, a déclaré qu’il recevait des centaines d’informations de la part de ses abonnés chaque mois. Il dénonce des forums en ligne illégaux et des comptes de pédophiles présumés, et les signale aux opérateurs de la plateforme Weibo et à la police.

Mais chaque information ne conduit pas à une arrestation, car:

« les suspects savent contourner les lois, et il est difficile d’enquêter et d’arrêter des individus cachés dans des zones transfrontalières éloignées », explique Kevin.

Les propriétaires de certains sites web de pédopornographie changent également de serveurs pour éviter d’être pris, et certains mettent délibérément en place des serveurs à l’étranger.

Zheng Ziyin, avocate spécialiste de la protection infantile, estime que la police devrait sanctionner les opérateurs de réseaux sociaux et les gestionnaires de sites pornographiques.

Cela en travaillant avec d’autres administrations des forces de l’ordre engagées dans la cybersécurité et dans la protection des enfants et des femmes pour réprimer conjointement les crimes d’agression sexuelle concernant des mineurs.

 

Source: french.china.org.cn

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp