Châtellerault | 4 ans de prison pour le “ papy respectable ”

Soupçonné de viols et d’agressions sexuelles sur trois mineurs, le sexagénaire a tout nié en bloc.

En garde à vue et face à des juges convaincus du contraire.

Les premiers soupçons avaient été révélés lors d’un repas de famille, en 2012.

Patrick, 66 ans aujourd’hui, le voisin serviable, la grande gueule, le « papy respectable » a-t-il commis des actes incestueux et pédophiles à l’encontre de trois enfants ?

Deux des enfants étaient gardés par le couple, entre 1997 et 2012, à Châtellerault.

On lui faisait confiance. Il présentait bien.

“ Je savais qu’il n’avait pas le droit de le faire ”

Dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Poitiers, jeudi après-midi, il y avait surtout les sanglots permanents, pendant deux heures, de cette jeune femme en pleurs.

Sa nièce. Traumatisée.

« Il a passé sa main sous mes vêtements, il caressait mes fesses et puis mon sexe.

Je savais que ce n’était pas normal, qu’il n’avait pas le droit de le faire. »

Elle en avait parlé des années plus tard à ses parents. Sa plainte avait servi à toutes les victimes.
Placé en garde à vue, Patrick a nié les faits.

A la barre, il explique que les enfants ont confondu cette histoire de « zizi » avec une statue nue présente dans le jardin.

« Mais les témoins n’ont jamais vu les enfants embrasser la statue ? »,

s’interroge la présidente à voix haute. Pas de réponse.
Par tous les moyens, la magistrate a tenté de faire reconnaître ces agressions sexuelles.

Mais Patrick est resté droit dans ses bottes.

« Moi, je ne me suis jamais occupé des enfants. Sauf dans le salon, quand ma femme préparait à manger. »

« Mais comment se fait-il que les enfants parlent de ces atteintes sexuelles ? Votre description n’est pas celle du dossier d’instruction… »

« Je ne suis pas coupable, on essaye de m’assassiner. »

L’avocate d’un des enfants s’énerve :

« Un petit de 3 ans et demi qui explique des faits à connotations sexuelles en réitérant ses propos à plusieurs reprises, c’est anodin ? »

L’avocat de la jeune femme, qui demande 15.000 € de dommages et intérêts évoque le prix de la souffrance :

« Il est dans le déni total parce qu’il estime que c’était anodin. Mais les conséquences de ses actes sont prégnantes. Entendez la douleur de ma cliente… »

Ça faisait bien longtemps que le procureur tendait l’oreille :

« Cette victime a eu un immense courage. Aujourd’hui, sa victoire, c’est de pouvoir entendre dire qu’elle est victime. Elle a subi ce qu’un enfant ne doit jamais subir. »

Malgré une relaxe plaidée par son avocat, les réquisitions du ministère public ont été entièrement suivies par les juges : 4 ans de prison, dont deux avec sursis et mise à l’épreuve pendant trois ans.

Le papy, muré dans ses dénégations, devra se soigner, verser 6.000 € de dommages et intérêts aux deux jeunes enfants ; 2.000 € à la jeune femme.

Il ne devra plus rencontrer ses victimes. Il devra également verser 500 € aux parents qui n’avaient eu qu’un tort, au début des années 2000 : faire confiance au « papy respectable ».

Source : LaNouvelleRépubique

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp