Protected: Espagne | Une maman se retrouve en prison pour protéger son enfant d’un père incestueux

oui

Pédocriminel En liberté

Maman d’une petite fille de 6 ans, Gladys a dû fuir la France pour protéger son enfant
Tout a commencé il y a 3 ans, lorsque cette petite fille parle à sa maman spontanément des attouchements fait par son papa. Se sentant grandement en danger en France, elle décide alors de s’installer en Espagne pour protéger sa fille, pays d’où elle va continuer ses démarches sans se cacher.

Gladys, maman d’une petite fille de 6 ans se trouve actuellement en prison pour avoir voulu protéger son enfant d’un père incestueux.

Lors des faits, Gladys est déjà séparée du père depuis 2 ans, elle a la garde principale de sa fille.

Le père ne respecte pas ses droits de garde envers l’enfant.

Tout a commencé il y a 3 ans, lorsque cette petite fille parle à sa maman spontanément des attouchements fait par son papa lors de leur vacances.

Outre la douleur inconcevable d’une maman, le combat de Gladys commence : une plainte est déposée pour inceste.

La petite fille sera entendue 1 an après les faits, sans l’application de la “procédure Mélanie” qui est indispensable pour entendre un enfant de cet âge là.

Pas d’enquête au niveau de l’entourage de l’enfant.

La petite fille parle à l’école et celle ci procède alors à un signalement.

L’enquête, rapide, et avec plusieurs incohérences donne lieu à un classement sans suite.

L’enfant refuse et se mets en crise quand il est question de revoir son père.

Des visites de médiations sont proposées au père avec l’enfant.

Gladys a refusé celles ci pour protéger son enfant et souhaite continuer son combat pour que ces actes soient condamnés.

Pendant tout ce temps, le père insulte violement cette maman, la frappe, vient à son domicile pour la menacer violement…Gladys porte plainte pour inceste, agression, harcèlement et menaces de mort.

Il ne sera jamais inquiété par la justice malgré les plaintes déposées à chaque fois.

Rappelons que ce père ne paie pas la pension alimentaire.

Refusant pour le moment les médiations avec le père de sa fille et se sentant grandement en danger en France, elle décide alors de s’installer en Espagne pour protéger sa fille, pays d’où elle va continuer ses démarches sans se cacher.

Elle envoie des courriers en recommandé au tribunal qui resteront sans réponse.

Elle n’aura aucun courrier ou décision du juge des affaires familiales.

Elle a un numéro de sécurité social espagnol, trouve un logement à son nom, un travail, a un numéro d’identité d’étranger.

Au bout de 13 mois en Espagne, sans avoir eu aucunes informations, les gendarmes viennent l’arrêter pour soustraction d’enfant !

Les conditions de détentions sont particulièrement difficiles pour une maman qui, sentant un grand danger pour sa fille, essaie de la protéger.

Gladys souhaite que son enfant soit entendu, sa douleur reconnue et que justice soit faite.

Cette petite fille a fait preuve de beaucoup de courage en parlant à sa maman, à l’école ou encore devant une psychologue.

Il est inconcevable que la justice traite cette maman comme une criminelle et mette en danger la santé psychologique de cet enfant en l’arrachant à sa maman, à son milieu où elle est épanouie et se reconstruit.

Nous vous tiendrons informé de la suite des évènements et des procédures.

Libérons Gladys.

Combien d’enfants dans cette situation en France ?

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp