Tholonet | Un animateur de centre aéré se fait virer après avoir dénoncé un acte d’exhibitionnisme

L’équipe Wanted Pedo a eu connaissance d’une vidéo dénonçant des agissements d’un directeur adjoint d’un centre de loisirs sans hébergement situé sur la commune du “Tholonet” (13) près d’Aix en Provence.

Cet animateur en plus de gros problèmes dans le centre, aurait constaté et filmé un comportement inadmissible pour n’importe quel personnel de centre de loisirs, de la part du directeur adjoint qui travaille dans ce centre depuis 20 ans.

En effet cette personne se serait changé (et le ferait habituellement) avec les enfants lors des sorties piscines, ce qui est formellement interdit !

 

La directrice qui n’avait pas réagi aux premières alertes de l’animateur, contactée au téléphone par nos soins ne dément pas et même trouve ça tout à fait normal:

 

 

Cet animateur qui a eu le courage de dénoncer était en période d’essai et pour le remercier de sa vigilance et de son professionnalisme, la direction a mis fin a son contrat sans même attendre la fin de la période d’essai.

Il ne “donne pas satisfaction” et il lui a été dit qu’il ne rentre pas dans le “projet pédagogique” (qui ne lui a jamais été présenté d’ailleurs…).

 

Cette association qui visiblement chapeaute l’ensemble des activités à destination des enfants sur la commune du Tholonet pour le compte de la mairie s’appelle “AGAPE Arc-en-ciel”.

Le directeur adjoint aurait dans la foulée porté plainte contre l’animateur pour diffamation et atteinte à la vie privée.

– Cet individu a-t-il des antécédents judiciaires ? (il se doit de produire son casier pour pouvoir travailler en centre de loisirs)
– De quand date la dernière inspection des services de jeunesse et sport ? Et quelles ont été les conclusions ?
– Y a-t-il des familles qui peuvent témoigner d’autres problèmes dans cette structure ?

Il est surprenant que l’animateur faisant preuve de courage ait été licencié de manière subite.

Nous surveillerons de près l’évolution du traitement de ce dossier.

A suivre…

 

Actualisation du 11/8/2016:

Les vidéos ont disparu des réseaux sociaux (Facebook et Youtube) et ce n’est pas le fait de leur auteur.

Le centre en question et le directeur adjoint a fait convoquer le président de Wanted Pedo en référé heure par heure afin de faire retirer cet article.

Visiblement la mairie plutôt que de remercier les personnes qui pointent du doigt des dysfonctionnements graves dans les structures d’accueil des enfants du Tholonet, préfère les attaquer et les intimider (les autres animateurs également).

On peut légitimement se poser la question de savoir pourquoi elle adopte une telle attitude ?

Les citoyens et les parents de la commune apprécieront !

 

Actualisation du 31/3/2017:

L’animateur a été “convoqué” par le préfet de région et le préfet des Bouches-du-Rhône au pôle-ville de jeunesse et sports à Marseille devant ” la formation spécialisée du conseil départemental de la jeunesse” dans le cadre d’une enquête administrative ouverte suite au contentieux entre l’animateur et le centre de loisirs, soit une quinzaine de personnes (tenez-vous bien) :

  • des responsables du rectorat (ministère de l’éducation nationale)
  • des responsables de la CAF (caisse d’allocation familiale)
  • des responsables de la gendarmerie
  • des responsables de l’UFCV (Union française des centres de vacances et de loisirs)
  • des responsables et animateurs du centre de loisir

L’enjeu étant que l’animateur qui a dénoncé les faits d’exhibitionnisme soit temporairement ou définitivement interdit de retravailler auprès des mineurs pour “les risques potentiels qu’il ferait courir pour la sécurité physique et morale des mineurs” !!!

L’animateur a été mis sous pression pendant 45 minutes et sommé de s’expliquer sur l’article que vous êtes en train de lire.

Évidemment Wanted Pedo assume entièrement cet article qui n’a en rien été écrit par l’animateur.

L’animateur connaissant son bon droit et ayant fait œuvre de salubrité publique leur a tenu tête de manière très calme et posée et a insisté pour mettre en relief la situation très inquiétante pour les enfants du Tholonet.

Il a parlé de la soumission des animateurs vis-à-vis de leur direction qui leur fait miroiter indéfiniment des contrats un peu moins mal rémunérés (on peut travailler 11 heures par jour pour 900 euros par mois).

Il a proposé de montrer la vidéo des faits.

Mais à ce moment là, les personnes présentes n’étaient semble-t-il plus très intéressées par les faits…

Les adultes présents ne souhaitent apparemment pas voir ce que les enfants ont vu.

Au final pour avoir eu une réaction saine et extrêmement professionnelle et intègre, cet animateur s’est vu être interdit d’exercer son métier !

 

Actualisation du 28 Juin 2018:

Nous avions suspendu la visibilité de cet article aux vues des poursuites judiciaires à l’encontre du rédacteur en chef de notre site, notre président Maxime Montaut, en attendant de voir la tournure qu’allait prendre cette affaire et prouver notre bonne foi.

Malgré cette attention particulière, le 24 mai 2018, la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence a condamné solidairement l’animateur qui a dénoncé ces faits, ainsi que notre président pour “Diffamation envers un particulier, par parole, écrit, image ou moyen de communication au public par voie électronique” (art 32 alinéa 1 loi du 29/07/1881).

A été reproché à l’association Wanted Pedo : la publication de cette vidéo ainsi qu’une affirmation dans le titre de l’article initial, il était inscrit “20 ans d’exhibitionnisme pour le directeur adjoint” le point d’interrogation n’ayant pas été ajouté.

Nous avons rectifié cette erreur, puis dans un second temps nous avons retiré l’article.

Cela n’aura pas suffi pour arrêter les poursuites contre le rédacteur du site malgré notre bonne foi.

Pourtant, cette vidéo est plus qu’explicite, de plus les enfants n’ont pas hésité à signifier leur dégoût, en voyant le triste “spectacle”:

Bah c’est dégueulasse !

Le Directeur adjoint répondra aux enfants :

J’ai le droit !

Lors de l’audience la présidente de la Cour a tenté d’en savoir plus sur cette réponse, sans succès, il ne se souvient plus.

(Encore un amnésique, “c’était il y a longtemps ” …)

Elle insiste un peu car elle le trouve “fuyant”.

Le Directeur adjoint ne saura pas répondre.

Il ne se souvient plus.

Frappé d’amnésie soudaine!

Un moment de solitude pour ce Directeur, pas très agréable d’être vu à poil par des enfants.

Voici notre Directeur Adjoint dépressif et amnésique  :

C’est vrai qu’il a mauvaise mine en novembre 2016

En parcourant son compte Facebook qui est public, on a pu constater son sens de l’humour à pâques 2016, qui donne un petit aperçu du personnage.  

Publication Publique du compte FB du directeur adjoint, association AGAPE du THOLONET (13), mars 2016.

 

 

 

 

Nous vous rassurons, nous n’avons pas le même sens de l’humour.

Comment devrions-nous comprendre cette image qu’il a l’air de trouvé si drôle ?

Revenons à ce procès pour diffamation, qui n’en ait pas une, vu le support vidéo qui démontre des faits.

Du côté des parties civiles, l’association “AGAPE Arc-en-ciel” n’était pas présente, seul leur avocat, qui nous a tous émus …

(enfin du moins nous avons été émus, nous les prévenus, car la salle était vide, les affaires qui concernent les enfants passent généralement en dernier en France).

Elle mettra en avant la familiarité du centre, que ça fonctionne bien depuis 20 ans…

Les parents sont contents (mais pas un parent dans la salle pour soutenir le directeur adjoint…).

L’animateur Cisko, viré suite à son signalement, parce qu’il n’aurait pas les mêmes convictions et qui manifestement n’a pas la même approche du comportement avec les enfants.

Ils ont donc cessé le contrat car la personnalité de l’animateur ne pouvait pas coller avec celle du centre.

« Il n’a pas les mêmes convictions »

Ça nous l’avions remarqué, merci Maitre pour cette précision.

On est heureux d’apprendre qu’il y a donc une ligne politique visiblement à suivre pour travailler dans un centre de loisirs ?

Tout va bien ça ne choque personne.

Elle recentrera les débats sur la diffamation publique et non sur le fond, Mr B.D ne se souvient pas, peu importe !

Il est évident que quelqu’un qui travaille aussi sérieusement que le dossier le fait apparaître et qui se voit traité de pédophile, comme ça du jour au lendemain, avec la sensibilité qui est la sienne….

Même nous qui somme dans le monde de la justice, on ne supporterait pas, alors imaginez quelqu’un qui en plus n’a pas l’habitude, il a dû s’arrêter 3 jours, ça a été assez compliqué au niveau familial.

On vous la fait courte …

Nous précisons au passage, que nous n’avons jamais écrit que le directeur adjoint était pédophile dans notre article, nous parlons d’exhibitionnisme devant des mineurs.

Pour l’avocat général Monsieur Fabrice KARCENTY ce n’était pas le débat (comme nous avons l’habitude de voir dans nos tribunaux, le fond, au fond, on s’en fout !).

Le débat du jour était le préjudice subis de Mr B.D après avoir été affiché sur le net.

L’avocat général a plaidé en faveur de l’exhibitionniste “au nom du peule français” !

Pro loi Fake-News oblige, il critiquera Internet.

Il vocifère que des blogs sont ouverts avec des noms de magistrats, des jugements y sont publiés etc. et que ce n’est plus possible !

On rappelle que dans de nombreux pays les procès sont filmés et passent à la télé avec les noms de tous les protagonistes.

Bref…

L’Avocat Général Fabrice Karcenty | Photo Ch. P.

Dans une société qui va mal, dans une démocratie qui souffre, je crois qu’il n’y a pas plus dangereux que ces moralisateurs qui par le biais de vecteurs médiatiques viennent poser la loi, viennent poser la morale, viennent dire mettons à l’échafaud toutes ces personnes qui se comportent non pas en violation de la loi…

Les lois on en parle très peu aujourd’hui sauf pour l’infraction, cite M. Fabrice Karcenty

Il ajoute : « car vous dites que les enfants ne voient pas leurs parents nus, donc n’ont pas à voir un animateur nu dans une piscine municipale. »

Ça veut dire qu’on présuppose que les parents ne doivent pas être nus devant leurs enfants, on vient sur ce terrain là ! …

Comment on rentre dans ce raisonnement là ? …

Cette diffusion médiatique, on peut la qualifier d’arme de destruction massive comme la partie civile à fait remarquer.

Il dit ne pas avoir vu la vidéo, mais poursuit son réquisitoire.

Internet est une arme de destruction massive car on donne les clés de la démocratie à des moralisateurs.

Vous brisez des vies.

« Pourquoi je vous parle de morale, parce qu’on parle de nudité parent/enfant…

Que fait-on du fait que les enfants sont bombardés de pornographie en longueur de journée ? »

On nous parle de fesses qui ont été vues par des enfants, je ne vous dis pas c’est bien ou c’est pas bien, je dis qu’est ce qu’on fait de la pornographie qui envahit les écrans des enfants.

Il n’y a pas d’âge pour avoir accès à internet, alors on fait quoi ?

Qu’est-ce qui est le plus choquant la pornographie ou les fesses d’un directeur de centre aéré ?

Et je ne fais que de la morale sinon c’est sans fin ce discours !

Le président de l’association a failli vomir en entendant cette plaidoirie !

Il continue sur la loi fake news, sur le déréférencement, car quand on tape le nom de Monsieur, on voit le site Wanted Pedo en numéro un, après on fait comment, on écrit à Google ?

Il ajoute qu’on porte atteinte à la considération et à la réputation de la personne concernée :

Jusqu’au nom de l’association, on donne le tempo quand on nomme une association comme Wanted Pedo !

On vous dit dans une société avec la masse d’information qu’il y a, si on s’appelle le papillon bleu personne vous suit !

Le passage du papillon bleu nous a fait sourire.

On vous la fait courte également …

Bref, du grand show-sophiste !

Cisko et Maxime ont donc interjeté appel, un report d’audience a été demandé le 2 Octobre 2018.

La justice prétend “protéger les enfants” en condamnant des personnes bienveillantes et en donnant à Mr B.D. le permis de recommencer ?

Nous sommes admiratifs de cette délicate attention !

L’avocat général a reproché à l’animateur de ne pas lui avoir envoyé un signalement.

Cisko a expliqué son expérience professionnelle, qu’il a déjà fait un signalement pour un autre cas et que cela n’a jamais été pris en compte.

Qu’il a signalé le comportement de B.D. au commissariat et à sa hiérarchie.

En gros, l’avocat général reproche de ne pas avoir reçu de signalement, c’est vrai que ça aurait changé la donne Monsieur Karcenty, nous savons très bien où finissent ces signalements …

Nous connaissons le parquet d’Aix en Provence pour son “occultation” des signalements pourtant de nature urgente et de nécessité, alors faites avaler vos couleuvres à d’autres, merci. 

Il est très fréquent que les professionnels qui signalent au Procureur d’Aix en Provence des cas d’abus sexuels sur mineurs par exemple ne soient pas auditionnés.

Ce sont des constats de terrain que le parquet ne peut nier !

Ce qui veut dire que le Procureur ne juge pas utile d’ouvrir une enquête.

Ce serait intéressant de connaitre le nombre de signalements adressés au parquet et de le comparer au nombre d’ouvertures d’enquêtes.

Quand un Procureur prend en compte une plainte comme celle-ci, mais que à contrario ce même Procureur ne prend pas la peine d’ouvrir une enquête quand des professionnels jugent urgent de signaler un cas de danger et de viol sur un mineur, nous n’avons plus de mots ! 

Certains magistrats ont des priorités apparemment.

Il est temps de faire cesser cette mascarade judiciaire où la parole des victimes est bafouée au quotidien, où les pervers sont soutenus en occultant des faits normalement condamnables par la loi, rappelons-le.

Dans un centre de loisirs “normal” il est absolument inimaginable et surtout formellement interdit qu’un animateur(trice) soit présent(e) dans la pièce où des enfants se changent.

Alors que lui-même se change également…

Quelques chiffres officiels dans un article de Donde Vamos : Abus sexuels sur mineur : la France, pays de l’impunité pour les pédocriminels, un intense travail de recherche, car il faut s’accrocher pour avoir des statistiques.

Vous constaterez que les chiffres sont catastrophiques !

Nous appelons les personnes censées, bienveillantes, sensibles à la protection de l’enfance à venir soutenir Maxime Montaut et Cisko le 4 Décembre 2018 à 14H à la Cour d’Appel d’Aix en Provence 7ème Chambre A.

Etre condamné pour une publication qui n’est absolument pas diffamatoire (car la vidéo démontre le contraire), alors que ce Directeur n’a même pas un rappel à loi, c’est simplement inacceptable.

Merci de partager cet appel à la mobilisation, il est temps de dire STOP au nom du peuple français !

Ne rien dire c’est accepter, ne rien faire c’est cautionner.

L’équipe Wanted Pedo,

 

Source(s):

Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on whatsapp